Cet article date de plus d'un an.

Covid-19 : les soignants non vaccinés vont pouvoir être réintégrés à partir de "mi-mai", annonce le gouvernement

"Les non-vaccinés ne sont pas forcément attendus avec des fleurs dans tous les services et partout", a prévenu le ministre de la Santé, François Braun.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des soignants à l'hôpital de Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 4 juillet 2022. Photo d'illustration. (ARNAUD LE VU / HANS LUCAS / AFP)

Les soignants qui avaient été suspendus faute de schéma vaccinal complet contre le Covid-19 vont pouvoir être réintégrés, a annoncé avant le week-end le ministre de la Santé, François Braun, qui prévoit la parution d'un décret en ce sens "mi-mai""Ces soignants vont être réintégrés. Ces dernières semaines, j'ai réuni l'ensemble des parties prenantes, car je veux que la réintégration se fasse, mais dans de bonnes conditions", a annoncé le ministre de la Santé en marge d'un déplacement dans la Marne, vendredi 28 avril. Ses propos ont été repris dimanche dans le journal Le Pays Briard et lundi par Le Parisien.

>> Covid-19 : l'hôpital entre méfiance et impatience avant la réintégration des soignants non vaccinés

Cette décision fait suite à l'avis favorable de la Haute autorité de santé (HAS) donné fin mars à la levée de l'obligation vaccinale contre le Covid-19 pour les soignants et les autres professionnels concernés. "Les non-vaccinés ne sont pas forcément attendus avec des fleurs dans tous les services et partout. L'instruction est prête. Je vais la signer en tout début de semaine prochain. Le décret de mise en application sera pour mi-mai", a-t-il précisé.

La réintégration de ces soignants défendue par les députés communistes

Paris avait opté pour la contrainte à la fin de l'été 2021 : l'obligation de se vacciner a été requise auprès de 2,7 millions de personnes, soignants mais aussi personnels des hôpitaux et des maisons de retraite, ambulanciers, aides à domicile ou encore pompiers. Faute d'attester d'un schéma vaccinal complet (deux, puis trois doses), quelques milliers ont depuis été suspendus, sans rémunération. "Un phénomène très minoritaire voire marginal" pour le ministère, qui estimait en mars la proportion d'agents hospitaliers encore concernés "autour de 0,3%". Même proportion infime du côté des libéraux, où l'Assurance maladie dénombrait mi-mars moins de 2 000 soignants suspendus.

La question de leur réintégration était devenue un cheval de bataille politique, notamment pour le Rassemblement national et La France insoumise. Le groupe communiste a inscrit cette réintégration à l'ordre du jour de sa niche parlementaire le 4 mai. Pour le ministre, "la meilleure chose serait de retirer les discussions sur ce projet, puisque, comme on dit, les choses seront faites".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.