Télétravail : un déclic pour les Franciliens en mal de grand air

Le confinement a montré que le télétravail était possible dans bien des métiers. Certains en tirent des enseignements et envisagent désormais de s’établir loin des grandes villes ou d’investir dans une résidence secondaire qu’ils pourront largement occuper.

FRANCE 2

Un couple de Franciliens prospectent en Bretagne depuis plusieurs jours. Ils recherchent une maison près de la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) et en visitent une de 145 m2 habitables, avec plus de 800 m2 de terrain avec vue sur la mer. Le tout, pour 345 000 euros. Le bien correspond à leur projet : trouver une résidence secondaire, puis à terme, s’y installer pour de bon. Les deux mois de confinement ont été un déclic.

Les recherches en Bretagne en hausse de 25%

Une envie qui ne surprend pas leur agent immobilier. Depuis la reprise, les potentiels acquéreurs se bousculent. "Ça bouge beaucoup, on double les visites. Parfois, on a quatre, cinq visites par jour, alors qu’à d’autres périodes, on en avait qu’une seule", explique-t-il. La Bretagne est une destination de plus en plus prisée des citadins en mal de grand air. Selon une étude d’une plateforme d’annonces immobilières, les recherches des Franciliens pour acheter en Bretagne ont bondi de 25%.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le télétravail se développe en France, mais nombre d\'employeurs restent réticents (photo d\'illustration).
Le télétravail se développe en France, mais nombre d'employeurs restent réticents (photo d'illustration). (CAIA IMAGE / SCIENCE PHOTO LIBRARY / AFP)