Rentrée : le SNES-FSU réclame "le masque en toutes circonstances" au collège et au lycée

Le syndicat estime que le ministre de l'Éducation est "retombé dans les travers de communication" et appelle à "un protocole sanitaire national".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des lycéens masqués à Nantes (photo d'illustration). (OLIVIER LANRIVAIN / MAXPPP)

À une semaine de la rentrée scolaire pour les professeurs, Sophie Venetitay, secrétaire générale adjointe du SNES-FSU et professeure de sciences économiques et sociales demande "que les enfants comme les adultes, au collège et au lycée, portent le masque en toutes circonstances".

"Ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus simple pour faire cours, mais ça reste un élément de protection indispensable", appuie Sophie Venetitay. Pour elle, "si on demande ça, c’est aussi dans une optique de prévention".

Il nous semble qu’il faut tout faire pour éviter un épisode de fermeture totale des collèges et des lycées. 

Sophie Venetitay, secrétaire générale adjointe du SNES-FSU 

à franceinfo

"Rien ne remplacera jamais la présence d’un enseignant auprès d’un élève dans une salle de classe", insiste la professeure.

"Une information le soir, une autre le lendemain"

Un conseil de défense a lieu mardi matin à l’Élysée qui pourrait trancher, entre autres, cette question. Pour l’instant "on n’a pas bien compris", constate Sophie Venetitay qui trouve que son ministre, Jean-Michel Blanquer, est "retombé dans les travers de communication de la fin de l’année dernière où on avait une information le soir, et une autre le lendemain matin".

>> Le gouvernement réuni en conseil de défense. Suivez notre direct.

Sur le masque, ou sur la politique à mener en cas de test positif d’un élève, elle appelle à "un protocole sanitaire national, pour une forme de clarté pour tous les acteurs" même s'"il est évident qu’il y a des situations locales qui amèneront à ajuster quelques règles".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.