Vaccination obligatoire, pass sanitaire, suite du quinquennat... Les annonces que pourrait faire Emmanuel Macron à 20 heures

Le président de la République s'adresse aux Français dans la soirée du 12 juillet pour présenter des mesures afin de juguler l'épidémie. Emmanuel Macron devrait tenir un discours de prudence mais également tourné vers les réformes à venir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le président de la République Emmanuel Macron s'adresse aux Français lors d'une allocution télévisée le 31 mars 2021. (BASTIEN MARIE / HANS LUCAS / AFP)

Une allocution attendue alors que l'épidémie de Covid-19 repart en France et menace de gâcher l'été. Lundi 12 juillet, à 20 heures, le président de la République Emmanuel Macron devrait détailler les mesures validées en conseil de défense sanitaire, prévu à 10 heures, pour maîtriser le rebond de l'épidémie. La tendance est en effet à la hausse des contaminations. Avec l'avancée du très contagieux variant Delta, 4 256 nouveaux cas ont été enregistrés dimanche 11 juillet, contre 2 549 il y a une semaine. Le chef de l'Etat pourrait annoncer une obligation vaccinale pour les soignants ou encore une extension du pass sanitaire. Mais il pourrait aussi évoquer la fin du quinquennat avec les réformes à venir et la relance économique. Passage en revue des thèmes attendus.

La vaccination obligatoire des soignants

"Je ne rendrai pas la vaccination obligatoire", avait affirmé le chef de l'Etat en novembre 2020. Mais il pourrait changer d'avis. La non-vaccination d'une partie du personnel soignant a refait surface dans l'actualité après l'apparition de clusters fin juin dans des Ehpad. Une trentaine de cas ont ainsi été détectés dans un établissement de Pontonx-sur-l'Adour, dans les Landes, dont une vingtaine de cas de variant Delta, rapportait France Bleu samedi 26 juin.

Aussi, Emmanuel Macron pourrait-il annoncer la vaccination obligatoire pour les soignants, et peut-être pour quelques autres professions dans le secteur du soin, comme les aides à domicile ou les pompiers, selon les informations de franceinfo. Autre facteur en faveur de cette mesure : le chiffre des contaminations quotidiennes pourrait passer "au-dessus de 20 000 début août si nous n'agissons pas", a mis en garde le ministre de la Santé Olivier Véran. Avec le risque de remontée des cas graves, et donc des hospitalisations.

L'extension du pass sanitaire

Autre outil envisagé par le président de la République : étendre l'obligation du "pass sanitaire" pour certains loisirs. Pour les concerts ou les lieux culturels rassemblant plus de 1 000 personnes, il faut ainsi montrer un QR code certifiant soit que l'on est complètement vacciné, soit qu'on a récemment été testé négatif, soit qu'on est immunisé après avoir contracté la maladie.

La jauge peut être drastiquement réduite. Il est envisageable de l’exiger y compris pour aller au cinéma, au théâtre ou au restaurant, reconnaît une source gouvernementale. "Moi, ce que je veux, c’est que le secteur culturel puisse continuer à vivre, et effectivement, le pass sanitaire et son corollaire la vaccination sont absolument indispensables", déclare la ministre de la Culture Roselyne Bachelot dans ce reportage de France 3 :

La fin du quinquennat 

Pour finir sur une note plus optimiste, le chef de l'Etat pourrait aussi évoquer "la bonne santé de l'économie française et l'importance de la relance", selon les dires de son entourage à l'AFP. L'objectif premier de son intervention était de définir le cap pour les dix derniers mois du quinquennat, en particulier sur les réformes comme celle des retraites. Mais le retour de l'épidémie a modifié le contexte, selon un ministre cité par l'AFP.

De fait, le variant Delta change beaucoup la donne et vient percuter l'agenda social, quelles qu'aient pu être les velléités réformatrices du président.

Un ministre sous couvert d'anonymat

à l'AFP

Dans son allocution, Emmanuel Macron, qui reçoit lundi les acteurs de la filière automobile, devrait donc plutôt insister sur la reprise économique et le plan de relance de 100 milliards d'euros, dont le déploiement doit "s'accélérer", d'après le Premier ministre Jean Castex.

Autre sujets possibles : un grand texte sur la prise en charge des personnes dépendantes, premières victimes du Covid-19, est aussi dans les cartons, considéré comme un possible marqueur avant la présidentielle. Emmanuel Macron devrait aussi donner son arbitrage sur la garantie jeune universelle, une allocation d’environ 500 euros combinée à un accompagnement personnalisé pour trouver du travail.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.