Tourisme : les visiteurs étrangers doivent composer avec l'instauration du pass sanitaire

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Tourisme : les visiteurs étrangers sont-il privés de visite s'ils n'ont pas leur pass sanitaire ?
France 2
Article rédigé par
G.-A. Dolz, N. Coadou, R. Michelot, G. Le Goff, T. Breton, S. Agrabi. Ph. Goldmann - France 2
France Télévisions

Si la règle du pass sanitaire a été plutôt bien comprise par les Français, ce n'est pas le cas des touristes étrangers. Ils étaient nombreux, mercredi 21 juillet, à découvrir la règle. Quel impact le pass sanitaire aura-t-il sur le tourisme cet été ? 

Dès l'ouverture du Château de Chantilly (Oise), ce mercredi 21 juillet, les visiteurs montrent leur pass sanitaire. Une formalité pour certains, dont une famille belge. "C'est tout simple", commente un homme. Mais les touristes américains, visiblement pas au courant, déchantent. "Personne ne m'a dit que j'avais besoin d'un justificatif, et j'ai mes deux vaccinations", se défend une touriste américaine, à qui l'on répond que c'est la règle depuis ce matin. "Ils nous laissent entrer sur le sol français mais pas dans un musée, c'est un peu ridicule", ironise un autre touriste.  

Des embauches supplémentaires 

À la Cité du Vin de Bordeaux (Gironde), les visiteurs internationaux semblent mieux renseignés. Avant le 21 juillet, la fréquentation était identique à celle de l'été 2019. Mais le directeur est inquiet. "L'observation qu'on fait, on s'y attendait un petit peu, c'est une baisse de la fréquentation d'environ 30%, dans un contexte compliqué", déclare Philippe Massol, directeur général de la Cité du vin. À la Tour Eiffel, 20 personnes supplémentaires ont été embauchées pour contrôler les pass. Une zone de test a également été installée pour les visiteurs ; c'est gratuit pour les Français, 25 euros pour les étrangers. La Tour Eiffel compte bien recevoir 10 000 visiteurs par jour cet été.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.