"On va éviter d'être trop proches, mais..." : lors de la réouverture des crèches, des mesures sanitaires pas faciles à appliquer

Depuis lundi, les crèches rouvrent progressivement, les mesures sanitaires y sont très contraignantes.

Une puéricultrice masquée tient dans ses bras une petite fille dans une crèche de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 11 mai 2020.
Une puéricultrice masquée tient dans ses bras une petite fille dans une crèche de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 11 mai 2020. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Avec la sortie du confinement, les crèches peuvent rouvrir leurs portes mais en accueillant au maximum dix enfants avec toutes les précautions sanitaires qui s'imposent aux professionnels. Mardi 12 mai, la routine de cette crèche du nord de Paris est trés sérieusement perturbée.

>> Déconfinement : un million d'élèves de retour dans les classes. Suivez notre direct

"Il a une super voiture dans les mains !", s'exclame Marcel de retour à la crèche. Le petit garçon en est désormais le doyen, il a fêté ses trois ans quinze jours plus tôt sur l’application Zoom. Il est venu avec sa petite sœur et est content de pouvoir retrouver certains de ces copains. Après deux mois, sa maman, Manon, ressent quasiment le blues de la rentrée des classes. "Ça fait un grand vide, dit-elle, c'est presque ces problèmes de séparation qu'on a tout au début, quand on laisse nos enfants pour la première fois. J'ai presque les larmes qui montent. Oh mes bébés !" "Pourquoi y a tout ça partout ici là ?" interroge Marcel qui a bien remarqué les changements dans sa crèche. "C'est pour qu'on soit à distance chacun pour pas qu'on se passe le Covid", lui explique calmement sa mère.

Accorder mesures sanitaires et petite enfance

Sur le mur de l’entrée, les quatre pages du protocole d’accueil ont été affichées. Il y a donc un marquage au sol, des arrivées espacées, un masque sur la bouche de chaque professionnel. Ils vont tenter d’accorder sanitaire et petite enfance. "On va essayer d'avoir les bonnes mesures de distanciation vis-à-vis des familles, explique Natacha la directrice, mais les enfants vont venir dans nos bras. On va éviter d'être trop proche, mais voilà...", conclut-elle, résignée.

Il n’y a quasiment pas de pleurs à l’entrée. Les enfants semblent s’adapter à cette nouvelle donne. Louise est venue avec Luce, presque 2 ans et demi. "On lui a expliqué qu'elle allait revoir quelques copains, qu'il y allait avoir des conditions un peu particulières, le masque... Elle est très au courant du coronavirus", raconte-t-elle.

Ce matin, elle était un peu inquiète de savoir comment ça se faisait que la crèche était ouverte alors qu'il y avait encore le coronavirus, on lui a dit qu'il y avait 'un peu moins' et qu'il fallait se protéger.Louise, maman de Luceà franceinfo

Pour l’instant, il n’y a que six enfants sur un effectif habituel de 22. Les parents disent qu’ils n’ont pas d’inquiétude ou d’appréhension. Pour Charlotte, c’est une parenthèse qui se referme : "C'est la fin de la frustration permanente entre vouloir s'occuper de son enfant correctement, prendre du temps avec lui, et puis essayer de faire aussi son travail correctement. Et quand on essaye de faire les deux en même temps, c'est très frustrant pour l'un comme pour l'autre", souligne-t-elle.

L’organisation est d’autant plus perturbée que la crèche Acidulés et à croquer est une structure parentale qui ne peut plus s’appuyer sur les parents pour son fonctionnement quotidien.