"On a besoin de ce traitement" : des malades du lupus s'inquiètent d'une pénurie de chloroquine à cause du coronavirus

Certains médecins prescrivent du Plaquénil, à base d'hydroxychloroquine, à des patients atteints du Covid-19. De quoi créer la panique chez les malades qui suivent  habituellement un traitement avec ce médicament.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une boîte de Plaquénil. (DAMIEN MEYER / AFP)

Cinq pharmacies. Cinq refus polis. Lundi 23 mars, Leïla, 49 ans, a essayé de se procurer une boîte du médicament qu'elle prend depuis vingt ans : le Plaquénil. Sans succès. "Ils sont tous en rupture ici dans le Gard", raconte-t-elle, inquiète de ne plus pouvoir prendre son traitement contre le lupus. Il faut dire que la molécule contenue dans ce médicament est aujourd'hui sur toutes les lèvres : l'hydroxychloroquine. Ce dérivé de la chloroquine est présenté par le professeur Didier Raoult comme la meilleure arme contre le coronavirus. D'autres spécialistes s'insurgent de sa promotion. Et, au milieu de la polémique, les malades du lupus se sentent abandonnés.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

"Le Plaquénil, c'est le traitement de base contre notre maladie", explique Johanna Clouscard, présidente de l'association Lupus France. Ses deux comprimés par jour lui permettent d'éviter des lésions de la peau et des douleurs articulaires causées par cette maladie chronique auto-immune. Certaines formes plus graves peuvent aussi abîmer des organes, comme le rein. "Il me reste six comprimés, donc seulement pour trois jours", s'inquiète cette trentenaire, sous traitement depuis dix-sept ans.

"J'ai diminué mon traitement pour qu'il dure plus longtemps !"

Depuis quelques jours, elle reçoit des dizaines d'appels et de messages de la part de malades préoccupés par l'absence de leur médicament dans de nombreuses pharmacies. Idem sur la page Facebook de l'association : "Rupture ici du côté de Bordeaux ! Je suis super en colère !", écrit une certaine Marie. "J'ai diminué mon traitement pour qu'il dure plus longtemps !", note une autre malade inquiète.

Si le manque de stocks dans de nombreuses pharmacies est criant, une pénurie est-elle réellement à craindre ? Non, selon le laboratoire Sanofi, qui produit le médicament. Contactée par franceinfo, l'entreprise assure avoir les stocks nécessaires et une usine de fabrication en France. "Il y a eu une petite tension sur l'approvisionnement des pharmacies, mais cela va être résolu dans les jours qui viennent. Il n'y a pas de problématique de pénurie", insiste-t-on du côté du laboratoire.

"Il n'y aura aucun manque", assure Sanofi

Cet afflux massif de demandes pour ce médicament provient en réalité des espoirs suscités par la molécule contre le coronavirus. "Je suis convaincu de la pertinence de l'hydroxychloroquine pour traiter les patients atteints de Covid-19", a ainsi lancé Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses, au quotidien régional La Provence, samedi 21 mars. Depuis, des médecins ont prescrit ce médicament à certains patients présentant des symptômes graves du coronavirus. D'autres déconseillent toujours formellement son utilisation, avant les conclusions des nouvelles études actuellement en cours.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé lundi qu'il allait prendre un arrêté pour "encadrer" l'utilisation de la chloroquine, qui sera "accessible aux équipes médicales hospitalières" uniquement pour traiter des "formes sévères" et sur "décision collégiale des médecins".

Cette demande soudaine pour le médicament a en tout cas semé la panique parmi les malades du lupus. "Je suis inquiète. On a besoin de ce traitement et il va y avoir des commandes au niveau du monde entier !", lance Leïla. "J'espère qu'il n'y aura pas des imbéciles qui vont revendre les boîtes", s'inquiète aussi Johanna Clouscard. Si des rumeurs circulent déjà sur une possible réquisition des stocks de ce médicament, comme c'est le cas au Maroc, Sanofi se montre rassurant : "On a proposé au gouvernement français de mettre à disposition des hôpitaux ce médicament dans le cadre d'essais. Ces stocks sont indépendants de ceux prévus pour les pharmacies. Il n'y aura aucun manque", assure l'entreprise à franceinfo.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Eclairage. Quatre questions sur la chloroquine, présentée par le professeur Raoult comme la meilleure arme contre le coronavirus

•Synthèse. Plus on est exposé, plus on risque de développer une forme sévère du Covid-19 ? Il est trop tôt pour l'affirmer

• Infographies. Cas confirmés, mortalité, localisation... L'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Témoignages. "Un déchirement de vivre cet instant à distance" : face au confinement, les funérailles et le deuil chamboulés

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.