Coronavirus : un essai national avec le Plaquenil lancé "dans les jours qui viennent", annonce Sanofi

Le médicament antipaludique qui a donné des résultats "assez encourageants" contre le coronavirus est aussi connu pour avoir des effets secondaires importants. "Les médecins nous diront quel est exactement le profil de patients qui est le mieux pour ce traitement", assure le président de Sanofi France.

Le siège de Sanofi à Paris, 6 février 2020 (illustration).
Le siège de Sanofi à Paris, 6 février 2020 (illustration). (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Une étude nationale sur le Plaquenil, un médicament utilisé dans la lutte contre le paludisme, va démarrer "dans les jours qui viennent" pour savoir s'il peut traiter le coronavirus, a expliqué sur franceinfo jeudi 19 mars Olivier Bogillot, président de Sanofi France, qui fabrique ce produit. Ce médicament à base d'hydroxychloroquine a été testé à Marseille, sur une vingtaine de patients, avec des résultats "assez encourageants", s'est félicité Olivier Bogillot. Des tests plus vastes vont donc être menés. "On devrait avoir d’ici quelques semaines des résultats sur l’efficacité du traitement." Le laboratoire français s'est dit prêt mercredi à offrir aux autorités françaises des millions de doses de Plaquenil.

>>Suivez notre direct sur l'évolution de la pandémie de coronavirus.

franceinfo : Où en est-on précisément de la phase de recherche sur le Plaquenil ?

Olivier Bogillot : Le Plaquenil a fait l'objet d'une étude indépendante à Marseille, avec des résultats qui ont été jugés assez encourageants, même s’ils sont très préliminaires puisque cette étude a porté sur peu de patients [une vingtaine]. C'est pour ça que, sur la base de ces résultats prometteurs, on s’est très vite mobilisés et rapprochés des autorités de santé pour faire une étude plus large et vérifier l'efficacité du traitement. On va aussi étendre l'étude marseillaise pour pouvoir confirmer que cela fonctionne réellement. Ces prochaines études vont commencer dans les jours qui viennent. On est en train de travailler avec les autorités pour valider les protocoles car on va faire cela dans un cadre bien protocolisé, pour bien suivre le traitement. Cela débutera probablement la semaine prochaine. Il faudra attendre le temps du traitement, donc quelques jours, pour avoir les premiers résultats. Puis, le temps d'analyser un peu sur un nombre plus large, on devrait avoir d'ici quelques semaines des résultats sur l'efficacité du traitement.

Si ce traitement est effectivement efficace, à partir de quand pourrait-on s'en servir ?

On va déjà s'en servir dans le cadre de cet essai national.

On va donc donner ce traitement à de nombreux hôpitaux pour qu'ils puissent être soulagés sur un grand nombre de patients.Olivier Bogillot, président de Sanofià franceinfo

Si ça se démontre efficace, Sanofi donnera une grande partie de son stock gratuitement. 

Une partie de la communauté scientifique est encore sceptique sur l'utilisation de ce médicament, en raison notamment de ses effets secondaires possibles. Si les études cliniques sont positives, est-ce qu'il pourra être administré à tout le monde ou est ce qu'il y aura des exceptions ?

En ce moment, c’est un médicament qui a une autorisation de mise sur le marché avec des indications particulières et un profil de bénéfices/risques. C'est pour ça qu'on rentre dans le cadre d'un protocole, qui permettra de suivre l'efficacité et la tolérance du traitement. On va vérifier tout au long de ce protocole qu'on a de bons résultats et une bonne tolérance. Les médecins nous diront quel est exactement le profil de patients qui est le mieux pour ce traitement.