Vaccin, masque, pass sanitaire... Les prescriptions de Philippe Juvin

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 6 min.
juvin
Franceinfo
Article rédigé par
P. Loison - franceinfo
France Télévisions

Philippe Juvin, candidat à l'éventuelle primaire de la droite pour la présidentielle et chef des urgences à l'hôpital Georges-Pompidou, était invité de franceinfo mardi.

Le nombre d'hospitalisations pour cause de Covid-19 inquiètent de nouveau. La létalité du variant Delta "est moindre grâce à la vaccination", souligne Philippe Juvin. "Parmi les patients hospitalisés, les vaccinés ont dix à douze fois moins de chances de finir en réanimation que les non-vaccinés. Donc il y a un avantage évident à être vacciné", assure le chef des urgences à l'hôpital parisien Georges-Pompidou, invitié de franceinfo mardi 27 juillet. Et la moitié des Français est désormais complètement vaccinée.

"On ne peut pas contraindre en permanence"

Concernant le port du masque, "c'est inutile chez soi avec ses proches ou seul sur une plage, mais dans des rues pleines de monde, c'est utile. On n'en est pas à son retour dans les communes de région parisienne et j'espère qu'on n'y arrivera pas grâce à la vaccination. Il faut vacciner les Français sur les lieux de vacances, ne pas attendre qu'ils reviennent", estime le maire LR de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) et candidat à l'éventuelle primaire de la droite pour la présidentielle.

"Que le pass sanitaire soit une limitation des libertés, c'est une évidence. Je l'ai soutenu, car je préfère un restaurant ouvert avec le pass sanitaire qu'un restaurant fermé. Idem pour d'autres activités. Je comprends les oppositions au pass sanitaire, les oppositions philosophiques. Mais je crois absolument indispensable d'expliquer aux gens, on ne peut pas contraindre en permanence. Nous payons le fruit d'une impréparation et d'une absence de confiance envers la population", conclut Philippe Juvin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Masques sanitaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.