Port du masque obligatoire à Paris : "Ça ne suffit absolument pas", pour l'épidémiologiste Catherine Hill qui dénonce l'absence de stratégie nationale

Selon la scientifique les autorités se reposent trop sur la "responabilité individuelle et les autorités locales". Elle appelle à tester massivement dans les zones rouges. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le pont Mirabeau à Paris, le 27 août 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi 27 août que le port du masque allait devenir obligatoire dans l'ensemble de la ville de Paris. "Ça ne suffit absolument pas", a jugé, sur franceinfo, l'épidémiologiste Catherine Hill. "Le virus continue à circuler. Si on veut empêcher la circulation du virus, il faut trouver les porteurs du virus et les trois quarts des contaminations viennent de porteurs asymptomatiques, donc il faut tester beaucoup plus largement la population", a-t-elle défendu.

>>Port du masque obligatoire à Paris, zones rouges...Les annonces du gouvernement pour lutter contre la recrudescence du coronavirus

L'épidémiologiste, considère également que l'anticipation doit être la règle. "Il faut tester de façon plus organisée, pas juste ceux qui veulent se faire tester, n'importe qui et n'importe quand. Il faut trouver l'endroit où le virus circule le plus, et tester massivement dans cette région. On pourrait faire énormément plus de tests. Surtout on peut faire des tests groupés. C'est cela qu'il faut faire."

Tester tout le monde dans les zones rouges

"En France on ne contrôle pas l'épidémie", estime Catherine Hill, affirmant qu'il n'existe "pas de stratégie" à l'heure actuelle. "On part toujours des cas symptomatiques. On doit arriver à contrôler le virus mais on doit déjà décider de ce qu'on veut faire au lieu de se dire, 'on va laisser le virus circuler et quand ça deviendra catastrophique, on reconfinera', et l'erreur aussi c'est qu'on aurait dû tester massivement quand on avait confiné."

"On mise trop sur la responsabilité individuelle et sur les autorités locales. Ce n'est pas ça qui fait une stratégie nationale', a ajouté l'épidémiologiste. Concernant la rentrée scolaire, Catherine Hill considère qu'il "faudrait tester" tout le monde dans les zones rouges, familles comme personnel encadrant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.