Masques et gel hydroalcooliques : Un escroc se faisant passer pour un groupe pharmaceutique tente d'arnaquer les 22 000 pharmacies françaises

Toutes les officines du pays ont reçu le même mail proposant masques, gel et autres équipements très demandés à des prix très attractifs. Plusieurs pharmaciens ont démasqué la supercherie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Plusieurs pharmaciens ont détecté la supercherie, intrigués par les prix compétitifs et le fait qu’on leur demande de payer à l’avance la marchandise. (ISABEL INFANTES / AFP)

C’est une arnaque à grande échelle qui visait les quelque 22 000 pharmacies du pays. Elles ont toutes reçu, ces derniers jours, un fax portant le logo et le nom du groupe Creapharm, basé à Reims, proposant d’acheter des produits très recherchés en ces temps de pandémie: les fameux masques de protection, du gel hydroalcoolique, mais aussi des surchaussures et des lingettes. Problème : l’entreprise Creapharm n’a jamais envoyé ce fax. L’expéditeur était un escroc sans scrupule, rapporte France Bleu Champagne Ardenne, mercredi 29 avril. Plusieurs pharmaciens ont détecté la supercherie, intrigués par les prix compétitifs et le fait qu’on leur demande de payer à l’avance la marchandise.

>> Coronavirus : retrouvez les dernières informations dans notre direct

Marion, pharmacienne dans le département de l’Aube, a bien failli se faire avoir. Elle avait entamé les démarches pour commander, après la réception de ce fax, avant de comprendre la supercherie. "Ils me proposaient de commander tout ce qui est recherché en ce moment: des surchaussures, des lingettes, des gels, des masques. Donc effectivement j’ai répondu à ce fax, il me demandait juste mon nom et ma signature avec le cachet commercial, raconte-t-elle au micro de France Bleu Champagne Ardenne. Quelques heures plus tard, j’ai reçu une facture qui me demandait de le régler pour pouvoir débloquer la commande donc forcément, ça m’a un petit peu alerté."

Une proposition "incroyable"

Il faut dire que le document paraît vrai. Logo et nom de l’entreprise, produits proposés : tout ressemble à une véritable démarche commerciale. À quelques exceptions près, relève Eric Placet, le président du groupe Créapharm. "Si on va chercher un peu plus loin et que l’on regarde les contacts, ce n’est pas mon adresse e-mail, les numéros de téléphone ne correspondent pas du tout aux numéros de téléphone que l’on pratique dans le groupe, détaille-t-il sur France Bleu Champagne Ardenne. Et si l’on va un petit peu plus loin encore, que l’on regarde l’IBAN de la banque, là on se retrouve directement en Angleterre. Bien sûr que c’est frauduleux!"

Un autre pharmacien reimois, Thierry Delemme, raconte comment il est tombé dans le panneau "Quand j’ai vu ce fax, je me suis dit ‘Tiens c’est incroyable, ils proposent un produit qu’on a du mal à avoir, à un prix qui est super raisonnable en ce moment parce que les prix ont flambé d’une façon absolument incroyable sur certains articles très demandés en ce moment’, et puis voilà quoi, finalement le pot aux roses a été découvert!", se désole le pharmacien. Aujourd’hui ces fax ne sont plus envoyés dans les pharmacies, mais il demeure difficile de savoir combien de pharmaciens ont été victimes de cette escroquerie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.