Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Amazon contrainte par la justice de limiter ses activités

Coup dur pour Amazon France. La plateforme est condamnée par la justice à ne livrer que les marchandises essentielles, c’est-à-dire des produits alimentaires, d'hygiène ou médicaux. Pourquoi cette restriction ? Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Express").  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un entrepôt et le logo Amazon. Photo d\'illustration.
Un entrepôt et le logo Amazon. Photo d'illustration. (AFP)

La justice reproche à Amazon de ne pas protéger suffisamment ses salariés contre le Covid-19. C’est le syndicat Sud solidaire, qui a porté l’affaire devant les tribunaux. Et la justice lui a donné raison, elle a estimé que le géant de l’e-commerce a de façon évidente ignoré les mises en demeure de l'inspection et de la médecine du Travail. En d’autres termes, le tribunal de Nanterre reproche à la firme américaine d’avoir poursuivi son activité comme si de rien n'était, alors que la semaine dernière, cinq de ses entrepôts ont été épinglés par le ministère du Travail. Selon les syndicats, les salariés vont travailler la boule au ventre, avec la peur d’attraper le virus. Il y a des taux d’absence records.   

Conséquences : la justice somme la plateforme d’évaluer très précisément les risques auxquels sont exposés ses employés face à l’épidémie et elle doit tout faire pour protéger leur santé. Et en attendant, le tribunal demande à Amazon de restreindre ses activités dans les 24 heures et pour un mois.  

Le manque à gagner risque d'être énorme

Si la plateforme passe outre cette restriction, elle devra payer un million d'euros par jour de retard et par infraction constatée. Mais, en réalité, la sanction la plus lourde à laquelle s’expose le géant du e-commerce, c’est sans doute la perte sèche qui va en découler : selon les syndicats, la part de ces produits "essentiels" concerne à peine 10% de l'ensemble des livraisons qu’Amazon effectue en ce moment. Certes, l’enseigne avait déjà réduit, depuis le confinement, son catalogue d’articles, mais il n’empêche : les commandes de loisirs, de jouets, d’informatique, de décoration, de livres, etc, vont être provisoirement suspendues. Le manque à gagner promet d’être important. 

Amazon envisage de faire appel

Cet appel ne suspendra pas la décision de justice pour autant. Pour sa défense, Amazon assure qu’elle a mis en place des mesures de protection. L’enseigne estime même qu’elle va plus loin que les gestes sanitaires préconisés par le gouvernement. En attendant, cette décision est un véritable avertissement pour les entreprises qui ne seraient pas assez vigilantes à la santé de leurs équipes. C’est une mise en garde.

Un entrepôt et le logo Amazon. Photo d\'illustration.
Un entrepôt et le logo Amazon. Photo d'illustration. (AFP)