SNCF : des suppressions de postes à prévoir dans le fret

À la SNCF, les signaux sont contradictoires. Alors que l'État présente le fret comme un axe fort du plan de relance, une centaine de trains de marchandises seraient sur la sellette.

Le fret ferroviaire est la nouvelle priorité du gouvernement. Un priorité annoncée haut et fort par le Premier ministre. "Nous voulons développer des autoroutes ferroviaires, avec un plan de reconquête, ce sujet est central", a-t-il notamment affirmé. Et pourtant, la filiale fret de la SNCF pourrait tailler dans ses effectifs.

Supprimer des emplois pour relancer

Une centaine de postes de conducteurs de trains sont concernés, soit 10% des salariés menacés, et pourraient être mutés dans d’autres filiales. Des suppressions de postes incompréhensibles pour les cheminots. Fret SNCF vient en plus de bénéficier d’un coup de pouce de l’État : plus de péages à payer pour emprunter les chemins de fer, soit une économie de 30 millions d’euros pour cette année. Mais 200 millions d’euros devraient être perdus cette année en raison du coronavirus. Paradoxalement, il faudrait ainsi supprimer des emplois pour relancer le fret ferroviaire au final.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des trains de fret en gare de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime).
Des trains de fret en gare de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime). (ROBERT FRANCOIS / AFP)