"Si on ne l'a pas, on vous fait la réflexion et c’est normal" : le port obligatoire du masque dans les lieux clos semble globalement respecté à Paris

Depuis ce lundi, le port du masque est obligatoire dans les espaces publics clos, comme les magasins ou les banques, afin de lutter contre la propagation du coronavirus. Et pour ce premier jour, la consigne a été plutôt respectée dans les rues de Paris. 

Le port du masque est obligatoire depuis lundi 20 juillet dans les endroits clos. Photo d\'illustration
Le port du masque est obligatoire depuis lundi 20 juillet dans les endroits clos. Photo d'illustration (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Avec la mise en place de l'obligation du port du masque dans les endroits clos à partir du lundi 20 juillet, les Français doivent désormais avancer masqués pour faire leurs emplettes. Pour certains, il n'est pas question de transiger sur la question. "Bien sûr, tout le monde respecte la consigne. De toute façon on ne peut pas rentrer si on n'a pas le masque, on vous fait la réflexion et c’est normal" explique Martine, qui se promène dans les rues de Paris avec une amie.

Si elle se sent particulièrement concernée, c'est aussi parce qu'elle connaît les risques : "Personnellement, j'ai perdu des gens de cette maladie, des gens d'à peine 50 ans... Ça fait réfléchir". 

On ne veut pas l’attraper et on ne veut pas le donner aux autres. Il ne faut quand même pas jouer avec ce genre de choses.Martine, Parisienneà franceinfo

Si certains ont pris véritablement conscience de l’importance du port du masque, d’autres le portent aussi par crainte de l'amende de 135 euros d'après Maouch,  agent de sécurité à l’entrée du centre des finances publiques : "Ici, tout le monde le porte, c’est interdit de rentrer sans masque. Ce matin, je n'ai vu qu'une personne qui n'en avait pas. Ils ont sans doute compris et ils ont peur des amendes aussi"

Mais la plupart des parisiens et parisiennes rencontrées disent porter le masque d'abord "par civisme". "C'est avant tout pour me protéger et protéger les autres" confie l'une d'elles. "Je trouve ça normal pour moi et pour les autres. Il ne faut pas discuter, si on vous dit de le mettre, il faut le mettre". explique une autre. 

Des masques vendus en promotion

La question qui se pose désormais, c'est de savoir si les masques seront suffisament nombreux pour répondre à tous les besoins. En tout cas, ce kiosquier les vend actuellement en promotion : "Au début, il y avait des difficultés d’approvisionnement comme partout. Mais maintenant, on en trouve avec une assez grande facilité. On nous en propose même énormément" explique-t-il. "Si je fais cette promotion, c’est qu'il doit y en avoir en amont". 

Beaucoup de clients sont d'ailleurs déjà passés se fournir à son kiosque, pour refaire leur stock de masques en vue des prochains jours. 

Le reportage de Boris Loumagne dans les rues de Paris
--'--
--'--