Réouverture des commerces à la mi-mai : "Un recul supplémentaire et une inquiétude croissante pour les entreprises", selon l'Alliance du Commerce

Le calendrier de réouverture des commerces est retardé de quinze jours et c'est tout un pan de la profession qui s'inquiète, avertit l'Alliance du Commerce sur franceinfo vendredi.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un commerce non essentiel fermé à Metz. (CÉCILE SOULÉ / FRANCE-BLEU LORRAINE NORD)

La réouverture des commerces à la mi-mai est "une tuile de plus, un recul supplémentaire et une inquiétude croissante pour les entreprises qui devront être fermées quinze jours de plus", a réagi vendredi 16 avril sur franceinfo Yohann Petiot, directeur général de l'Alliance du Commerce et délégué général de l'Union du grand commerce de centre-ville (UCV), alors que le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué que les commerces “non essentiels” censés rouvrir le 3 mai resteront fermés au moins jusqu’à la mi-mai.

>> Covid-19 : qu'est-ce qui rouvre, et quand ? L'ébauche de calendrier de déconfinement du gouvernement

"Cela fera six semaines de confinement national", rappelle Yohann Petiot. "Il ne faut jamais oublier que certaines entreprises sont fermées depuis le 31 janvier, ce qui fera autant de jours fermés en 2021 qu'en 2020". Il pointe "la colère" des entreprises, "mais elle ne serait pas grave s'il n'y avait pas des entreprises et des emplois menacés derrière".

Le 3 mai était un engagement pris par le président de la République à la fin du mois de mars.

Yohann Petiot

directeur général de l'Alliance du Commerce

Le directeur général de l'Alliance du Commerce souligne que "chaque semaine de fermeture compte et que de très nombreuses entreprises n'ont reçu aucune aide de l'État à ce jour". Il souhaite que "cette inquiétude soit entendue et que l'on puisse rouvrir au plus vite. C'est une situation d'urgence". Yohann Petiot déplore que "beaucoup d'entreprises de taille moyenne ou intermédiaire n'ont reçu comme aide depuis le début de la crise au mois de mars 2020, que le chômage partiel". Il dénonce "des trous dans la raquette dans les aides qui sont prévues pour les entreprises" et insiste pour que "toutes les entreprises puissent bénéficier d'une aide. C'est essentiel si on veut assurer leur survie".

Yohann Petiot attend à présent "des dates claires, parce qu'une réouverture, cela se prépare. Il faut qu'on arrête de repousser les échéances et qu'on ait des dates claires qui nous permettent de nous projeter et de nous préparer. La date la plus proche sera la meilleure".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.