Info franceinfo Les terrasses éphémères parisiennes vont devenir pérennes tous les étés du 15 mars au 15 octobre

Ces terrasses estivales deviendront payantes à partir du 30 septembre pour les restaurateurs et bars parisiens.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Des clients assis sur des terrasses extérieures, à Paris, le 19 mai 2021. (BERTRAND GUAY / AFP)

Les terrasses éphémères, autorisées et gratuites depuis le mois de mars 2020 pour les restaurateurs parisiens et les bars à Paris, vont devenir des terrasses estivales payantes à partir du 30 septembre, a indiqué dimanche 6 juin sur franceinfo Franck Delvaux, le président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie Paris-Île-de-France (UMIH), alors que la mairie de Paris présente lundi 7 juin sa réforme du RET, règlement des étalages et des terrasses. Ces terrasses estivales seront autorisées du 15 mars au 15 octobre et fermeront à 22 heures.

franceinfo : La mairie de Paris a rendu les terrasses et les terrasses éphémères gratuites dès le mois de mars 2020. Que vont-elles devenir ?

Franck Delvaux : Ces terrasses éphémères ne vont plus s'appeler éphémères, mais estivales, puisqu'une des annonces sera la pérennisation de ces terrasses pour cette année et les années suivantes. On a négocié depuis de nombreuses semaines, voire plusieurs mois, avec la mairie de Paris. On peut dire qu'on arrive à un résultat qui nous satisfait pleinement. Il y avait besoin de les réglementer. Si on voulait les pérenniser pour que cela devienne des terrasses estivales, il fallait à un certain moment un règlement pour qu'il y ait une harmonisation. Elles seront dorénavant payantes. Mais là-dessus aussi, nous avons eu beaucoup d'avancées dans nos négociations.

"Nous avons obtenu qu'à la fois pour les terrasses estivales, mais aussi les terrasses dites historiques, il y ait une exonération des droits jusqu'au 30 septembre, ce qui va permettre à la profession de travailler tout l'été avec des droits de c'est gratuit."

Franck Delvaux, président de l'UMIH Paris-Île-de-France

à franceinfo

Vous allez ainsi pouvoir vous constituer une trésorerie pour ensuite pouvoir vous acquitter de vos droits de terrasse ?

Cela va nous permettre de passer cet été façon sereine et de voir à partir du mois de septembre ce que cela va donner. La difficulté pour nos métiers, cela va être la rentrée. On ne sait pas ce qu'il y aura au mois de septembre.

Ce que vous proposiez, c'était aussi de réglementer ces terrasses éphémères au niveau des nuisances sonores. Est-ce qu'elles fermeront plus tôt que les terrasses classiques ?

Les terrasses estivales fermeront à 22 heures. Là aussi, dans nos réunions avec la mairie de Paris, mais aussi avec les associations de riverains, nous avons eu un dialogue. C'est ce qui fait que nous arrivons à la pérennisation de ces terrasses.

"Aujourd'hui quand on circule dans Paris, les terrasses sont pleines. C'est vraiment l'art de vivre. C'est ce qui fait venir les touristes à Paris."

Franck Delvaux, président de l'UMIH Paris-Île-de-France

à franceinfo

Est-ce que ces terrasses ont été une aubaine pour certains établissements de pouvoir étendre leurs terrasses à Paris ?

Oui, tout à fait. Nous avons ouvert le 19 mai uniquement avec les terrasses. Certains ne pouvaient mettre que trois ou quatre tables. Avec ces terrasses estivales, elles ont pu avoir plus de tables, des terrasses plus grandes et ont pu travailler.

Payer sa terrasse éphémère, est-ce que cela va être un coût supplémentaire pour certains restaurateurs ? Est-ce que certains vont devoir les abandonner ?

Peut-être que certains vont les abandonner. Mais la façon dont nous avons mis en place le fonctionnement de ces terrasses estivales est intéressante. Le restaurateur aura plusieurs options. Il pourra peut-être y avoir une terrasse qui sera sur les places de stationnement, mais aussi ce qu'on peut appeler une contre-terrasse, entre deux arbres. Il va pouvoir aussi mettre des tables à côté de lui. Si par exemple, c'est un coiffeur qui ferme à 19 heures, si le coiffeur est d'accord, il pourra mettre quelques tables devant. Donc le tarif ne sera pas toujours le même. Cela va même permettre, quand on n'a pas de terrasse, de pouvoir exploiter durant l'été.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Déconfinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.