Déconfinement : les bars, restaurants et salles de sport craignent le pire

Emmanuel Macron a annoncé, mardi 24 novembre, que les bars, restaurants et salles de sport ne pourraient pas rouvrir avant le 20 janvier. Les professionnels concernés ne cachent pas leur inquiétude.

Si la plupart des commerces pourront reprendre leur activité dès samedi 28 novembre, ce ne sera pas le cas des bars, ni des restaurants. Pour eux, l'attente devrait se prolonger au minimum jusqu'au 20 janvier. "À mon avis, ce sera pour le 1er février," regrette Frédéric Licois, patron d'un bar-restaurant à Paris. "Je n'attends qu'une chose de la part de l'État : qu'il s'occupe de nos charges fixes mensuelles. Sinon, on va continuer à s'endetter et on finira par mourir."

Des aides insuffisantes

La même inquiétude est de mise chez Éric Beische, directeur d'une salle de sport à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). "Cette réouverture hypothétique le 20 janvier occasionne deux mois supplémentaires sans chiffre d'affaires, déplore-t-il. Le mois de janvier, celui des bonnes résolutions, est un moment très important pour nous. Mais nous risquons de ne pas pouvoir en profiter." Pour lui comme pour Frédéric Licois, les aides financières octroyées par l'État sont en tout cas insuffisantes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une brasserie fermée à Paris en raison du confinement, le 7 novembre 2020.
Une brasserie fermée à Paris en raison du confinement, le 7 novembre 2020. (MYRIAM TIRLER / HANS LUCAS / AFP)