L'invité éco, France info

Déconfinement : la directrice des Gîtes de France confirme "une reprise des réservations"

"Il reste encore beaucoup d'hébergements à louer", a indiqué Solange Escure qui "doute que nous atteignons un taux d'occupation satisfaisant" cet été.

Illustration du label \"Gîtes de France\".
Illustration du label "Gîtes de France". (PHILIPPE NEU / MAXPPP)

Solange Escure, directrice générale des Gîtes de France, le label et réseau d'hébergement chez l'habitant (près de 70 000 en France), confirme "une reprise des réservations" pour l'été 2020. Le gouvernement a annoncé, jeudi 28 mai, la phase 2 du plan de déconfinement qui doit débuter mardi 2 juin. Parmi les annonces, la limitation de 100 km pour les déplacements sera levée. 

>> Retrouvez les dernières informations sur le déconfinement en France et la pandémie de Covid-19 dans notre direct

Le secteur du tourisme, très touché par les conséquences du confinement mis en place pour ralentir l'épidémie de Covid-19, espère que les Français envisagent de partir en vacances"Il reste de la place sur l'ensemble du territoire", indique Solange Escure, invitée éco de franceinfo jeudi 28 mai.

franceinfo : Où en sont les réservations chez vous ?

Solange Escure : Les réservations ont repris depuis la première allocution du Premier ministre le 14 mai. Nous n'avons pas encore atteint les taux d'occupation que nous avons habituellement mais il y a une reprise des réservations.

Est-ce que ce sera un été comme les autres pour les Gîtes de France ?

Non, je ne pense pas parce que je doute que nous atteignons un taux d'occupation satisfaisant. Il reste encore beaucoup d'hébergements à louer. L'été sera forcément particulier. Mais nous faisons en sorte que nos clients puissent être reçus en toute sérénité.

Où y a-t-il encore des gîtes à louer si l'on prépare ses vacances ?

Il reste de la place sur l'ensemble du territoire. Les clients peuvent faire leurs recherches et sélectionner la destination de leur choix. Il y a encore beaucoup d'hébergements à louer et ils trouveront leur bonheur.

Allez-vous prendre des précautions sanitaires particulières ?

Oui, tout à fait. Nous avons créé un protocole sanitaire qui devrait être validé dans les heures qui viennent par les pouvoirs publics. Ce protocole prévoit tout simplement l'usage de produits désinfectants, un nettoyage classique avec l'utilisation de produits normés pour lutter contre le virus. Mais pas de quoi affoler ni les propriétaires ni les clients, c'est quelque chose de tout à fait applicable.

Combien cette crise vous a-t-elle coûté ?

À l'heure qu'il est, nous sommes déjà à 50 millions d'euros de pertes sur la période du 16 mars au 16 mai, mais il y a tous ces contrats que nous n'avons pas remplis pour l'été et nous ne savons pas si nous les ferons. Il y a donc sans doute beaucoup plus que 50 millions d'euros de pertes, mais c'est trop tôt pour connaître le bilan exact de l'année 2020.

L'État a-t-il aidé les propriétaires de gîtes ?

L'État a aidé les propriétaires de gîtes. Tous ne peuvent pas bénéficier des mesures lorsqu'ils sont non-professionnels. Mais ils ont pu bénéficier quand même de certaines aides, notamment pour le report de prêts, d'échéances bancaires pour ceux qui avaient investi et se retrouvent avec des emprunts lourds pour réaliser des hébergements de qualité.

Y a-t-il une inquiétude sur l'été qui arrive ?

Il y a du soulagement parce que nos clients vont pouvoir aller dîner dans des restaurants, profiter des produits locaux et des activités. Mais l'inquiétude reste sur le taux d'occupation de l'été, qui varie entre 40 et 70%, et les volumes d'affaires de l'année. Du soulagement mais encore de la prudence car nous ne pouvons pas crier victoire tant que les hébergements ne sont pas loués.

Illustration du label \"Gîtes de France\".
Illustration du label "Gîtes de France". (PHILIPPE NEU / MAXPPP)