Déconfinement : entre masque obligatoire et prise de température, comment se passe la reprise dans les collèges

Masqués, les élèves de 6e et 5e reprennent lundi le chemin des classes dans les zones vertes. Les chefs d'établissements ont dû réorganiser les espaces et les emplois du temps pour s'adapter aux consignes sanitaires. 

Des élèves dans un collège de Limoux (Aude), le 27 février 2020. 
Des élèves dans un collège de Limoux (Aude), le 27 février 2020.  (IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS / AFP)

Après un premier week-end déconfiné, retour en classe pour les collégiens ! Lundi 18 mai, ils sont environ 150 000 jeunes de 6e et 5e à retrouver leurs professeurs, mais seulement dans les zones "vertes" établies par le gouvernement sur la carte du déconfinement. Soit 85% des collèges en France, c'est-à-dire 4 000 établissements.

>> Suivez les dernières informations sur le déconfinement et la pandémie de coronavirus dans notre direct

"L'objectif pédagogique va être de reprendre contact avec nos élèves et de faire le point car on a malheureusement perdu beaucoup de monde en route", assure Nicolas Anoto, professeur d'histoire-géographie dans un collège d'éducation prioritaire de Béziers (Hérault) et délégué national SE-UNSA. Franceinfo fait le point sur les mesures mises en place pour accueillir les élèves. 

Retour en classe uniquement pour les zones vertes 

Début mai, le Premier ministre Edouard Philippe avait confirmé que les collèges ne pourraient pas rouvrir dans les départements classés en zone rouge, là où le coronavirus "circule encore activement et où l'hôpital est encore en forte tension".

La réouverture ou non des collèges des quatre régions en zone rouge (Ile-de-France, Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est) et de Mayotte doit être tranchée à la fin du mois, tout comme celle des lycées. 

Masques obligatoires et prise de température

Le port du masque sera obligatoire pour tous les collégiens, comme annoncé par Edouard Philippe le 28 avril, selon les préconisations du Conseil scientifique. Les enseignants devront également en être équipés. Le ministère de l'Education nationale assure que "des stocks importants de masques adultes et enfants ont été envoyés aux rectorats ces deux dernières semaines".

Les syndicats d'enseignants se disent plutôt inquiets à ce sujet. Anne-Sophie Legrand, responsable du secteur collège au Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, s'inquiète : "D'après le retour de collègues, il y a beaucoup d'endroits où les masques ne sont parfois pas arrivés".

De plus, selon les règles sanitaires diffusées par le ministère de l'Education nationale, les parents devront prendre la température de leur enfant chaque fois qu'il se rendra dans son établissement. "En cas de symptômes ou de fièvre (37,8 °C ou plus), l'enfant ne doit pas se rendre à l'établissement", précise le ministère

Des conditions sanitaires strictes 

Dans chaque salle, les meubles ont dû être réagencés pour faire respecter les distanciations exigées par le protocole sanitaire, des rubans adhésifs sont collés par terre… Dans la cité scolaire Léonard Limosin de Limoges (Haute-Vienne), "les élèves se passeront du gel hydroalcoolique sur les mains avant d'emprunter les couloirs fléchés, à sens unique, pour respecter la distanciation physique", indique France 3 Nouvelle-AquitaineA Châtellerault (Vienne), "chaque salle est utilisée pendant une journée, puis est décontaminée pendant deux jours", explique un professeur de français.

Dans son protocole sanitaire, le ministère de l'Education précise en effet que "le nettoyage et la désinfection des locaux et des équipements sont une composante essentielle de la lutte contre la propagation du virus". Une distance d'au moins un mètre entre les tables doit également être respectée. Le protocole sanitaire recommande aussi d'éviter les croisements de classes et d'élèves, d'échelonner les temps de récréation et d'éviter les regroupements de niveaux différents. 

En quelques jours, les chefs d'établissements ont dû réinventer la vie au collège. "Cela reste une organisation très compliquée à mettre en place", explique Audrey Chanonat, principale d'un collège à La Rochelle (Charente-Maritime) et responsable au SNPDEN, premier syndicat des chefs d'établissement. Selon cette principale, "tout repose actuellement sur beaucoup de bon sens, de pragmatisme et d'adaptation".

Des rythmes décidés par chaque établissement

Chaque collège décide du rythme de scolarisation des élèves : en demi-journées, par bloc de journée ou une semaine sur deux. Au collège La Neustrie à Bouguenais, près de Nantes (Loire-Atlantique), les élèves "auront classe tous les jours, mais seulement le matin ou l'après-midi", décrit 20 Minutes, tandis qu'au collège Claude-Delvincourt, à Dieppe (Seine-Maritime), "les 6e et 5e sont accueillis en alternance un jour sur deux", précise Actu.fr.

Des cantines qui doivent s'adapter 

Tous les établissements ne proposeront pas de service de restauration aux élèves : la décision d'ouvrir ou non les cantines est prise par les chefs d'établissement.

Lorsqu'elles rouvrent, "le respect des mesures physiques de distanciation s'applique dans tous les contextes et tous les espaces : les temps de passage, la circulation, la distribution des repas. La gestion des matériels collectifs (plateaux, couverts, brocs d'eau, etc.) est adaptée pour limiter les contacts", rappelle le protocole sanitaire. Ainsi, dans les collèges des Deux-Sèvres, un "menu unique" sera distribué aux élèves "en portions individuelles", indique La Nouvelle RépubliqueDans d'autres établissements, un plateau sera servi à à table, à chaque élève, tandis que certains proposeront un panier repas.