Déconfinement : en Seine-Maritime, l'usine de Lucibel reprend son activité

Au total, près de 400 000 entreprises reprennent leur activité le 11 mai, mais de manière très progressive. Quand il est possible, le télétravail reste la règle : les employés qui reviennent sur site sont donc très peu nombreux. Illustration dans une entreprise à Barentin (Seine-Maritime).

France 2

Après environ deux mois d'inactivité, des luminaires vont de nouveau sortir de l'usine de Lucibel, à Barentin (Seine-Maritime), dès le 11 mai. Une reprise prudente : sur la chaîne de production, seuls trois salariés travaillent et l'organisation a été repensée. Franck Grout, opérateur logistique, est soulagé de reprendre le travail, mais il appréhende la suite : il craint que l'entreprise ne retrouve pas ses clients.

Les commandes ont chuté de 90%

Frédéric Granotier, le directeur, lui, n'est pas inquiet pour la pérennité de l'entreprise, même s'il reste très prudent. Avec le confinement, les commandes ont chuté de 90%. Côté bureau, tout a été repensé : des postes de travail espacés, et, surtout, des plannings de présence totalement réorganisés, où les salariés alternent le télétravail avec des journées à l'usine. Le 11 mai, seul un quart des salariés sont présents, mais tous espèrent un retour à la normale au plus vite.

Le JT
Les autres sujets du JT
Au total, près de 400 000 entreprises reprennent leur activité le 11 mai, mais de manière très progressive. Quand il est possible, le télétravail reste la règle : mes employés qui reviennent sur site sont donc très peu nombreux. Illustration dans une entreprise à Barentin (Seine-Maritime).
Au total, près de 400 000 entreprises reprennent leur activité le 11 mai, mais de manière très progressive. Quand il est possible, le télétravail reste la règle : mes employés qui reviennent sur site sont donc très peu nombreux. Illustration dans une entreprise à Barentin (Seine-Maritime). (FRANCE 2)