Déconfinement de la culture à partir du 19 mai : "On ne peut pas s'y fier", regrette un producteur de spectacles

"Les spectacles, les concerts, ce n'est pas un rayonnage de supermarché où on met un produit, on le retire, on le remet", a expliqué sur franceinfo Jules Frutos, après les annonces de réouverture d'Emmanuel Macron.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une salle de spectacle vide (illustration). (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

"On ne peut pas s'y fier", a réagi jeudi 29 avril sur franceinfo Jules Frutos, producteur de spectacles, après l'annonce de la réouverture progressive des salles de spectacle à partir du 19 mai. "Ce n'est pas très réaliste", a-t-il déploré, alors que de nombreux événements culturels ont d'ores et déjà été annulés pour la saison. Emmanuel Macron a annoncé jeudi un calendrier de réouverture en quatre étapes des lieux fermés en raison de l'épidémie de Covid-19.

>> Calendrier de déconfinement : suivez la situation en direct

"On est dans un secteur déjà assez complexe. Les spectacles, les concerts, ce n'est pas un rayonnage de supermarché où on met un produit, on le retire, on le remet, pointe Jules Frutos. Cela nécessite du temps. Les spectacles doivent être produits. On va dans un sens, mais on ne sait pas si c'est debout, pas debout, distancié... On ne peut pas fonctionner avec des jauges dégradées", a assuré Jules Frutos.

"Beaucoup d'événements importants qui ont été annulés nécessitent du travail, des confirmations d'artistes, etc. Avant l'été, c'est mission impossible."

Jules Frutos, producteur

à franceinfo

"Ces annonces politiques, avec un aspect sanitaire un peu 'à l'arrache' derrière, j'attends de voir. Je ne voudrais pas être à la place des festivals qui ont annulé leurs événements la semaine dernière pour juillet, à la suite d'annonces de notre ministre de la Culture, et lire aujourd'hui qu'à partir du mois de juin des jauges au-dessus de 5 000 sont possibles. C'est effrayant", a pointé Jules Frutos. "C'est trop tard." Le producteur de spectacles tempère dans le même temps ses propos, en espérant qu'un "certain nombre d'événements, peut-être plus modestes, puissent avoir lieu".

Concernant le retour du public, Jules Frutos estime que "ce n'est pas parce qu'on ouvre qu'il arrive, que la méfiance sera partie, que la situation sera arrangée". Il approuve enfin l'idée d'un concert-test : "C'est important pour les gens, pour les politiques aussi, car le fait de réunir des gens debout dans une salle, de tester, d'avoir des scientifiques qui s'en occupent, c'est rassurant. Des gens debout devant une scène, a priori c'est le dernier rempart à lever", a estimé le producteur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.