Coronavirus : Muriel Pénicaud estime qu’il est "raisonnable de dire" qu’un télétravail massif aura lieu au moins jusqu'à l'été

La ministre du Travail a expliqué sur franceinfo qu'il était "très important qu’au maximum possible", les cinq millions de salariés qui télétravaillent continuent à le faire "parce que ça évite d'être trop nombreux sur le lieu de travail."

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, jeudi 14 février 2019, sur franceinfo.
Muriel Pénicaud, ministre du Travail, jeudi 14 février 2019, sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a assuré, lundi 4 mai sur franceinfo, qu’il était "raisonnable de dire" qu’un télétravail massif aura lieu au moins jusqu'à l'été alors que la France débutera son déconfinement progressif à partir du 11 mai. "On organise la reprise du chemin vers le travail, mais pas à n'importe quelles conditions. Et on ne va pas travailler comme avant pour un moment", a-t-elle déclaré.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la crise sanitaire dans notre direct

La ministre a rappelé l’importance du télétravail pour que le déconfinement soit réussi. "Je crois qu'il y a aujourd'hui cinq millions de Français qui travaillent en télétravail, a-t-elle affirmé. Certains le faisaient déjà un peu et le font maintenant beaucoup et pour beaucoup, c'est aussi une expérience nouvelle. Mais, dans le contexte du déconfinement progressif que nous faisons, c'est très important qu’au maximum possible, ceux qui télétravaillent continuent à télétravailler parce que ça évite d'être trop nombreux sur le lieu de travail."

Le télétravail va aussi désaturer les transports et donc permettre un déconfinement qui soit plus serein et plus progressif.Muriel Pénicaudà franceinfo

Muriel Pénicaud a aussi rappelé les règles qui régissent le télétravail : "Depuis les ordonnances Travail de 2017, on a inscrit le télétravail comme un droit du salarié. Donc, le salarié peut dire 'mon travail se fait en télétravail. Je demande à rester en télétravail'". Mais "l'employeur peut lui demander de venir néanmoins. C'est pour des raisons de service", a-t-elle souligné. Dans ce cas, "c'est à l'employeur d'expliquer pourquoi on ne peut pas faire autrement. Je pense que, dans la pratique, l'immense majorité des personnes qui travaillent en télétravail vont le rester", a-t-elle assuré.

Pour la ministre, l’idéal est que les salariés viennent "par rotation, pas tous en même temps. Là aussi, pour éviter d'être trop nombreux en même temps dans les transports ou sur le lieu de travail."