Coronavirus : "Les Mayennais ne doivent pas être des pestiférés", selon le président du conseil départemental de la Mayenne

Dans le département de la Mayenne, le nombre de malades détectés du coronavirus a été multiplié par quatre depuis le 25 juin. Mais pour Olivier Richefou, président du conseil départemental, cette situation ne doit pas ternir durablement l'image de la Mayenne.

Olivier Richefou, président du consil départemental de la Mayenne.
Olivier Richefou, président du consil départemental de la Mayenne. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

"Les Mayennais ne doivent pas être des pestiférés", a déclaré jeudi 16 juillet sur franceinfo Olivier Richefou, président du conseil départemental de la Mayenne alors que le département fait face à une accélération de l’épidémie.

"À partir du moment où nous portons le masque, il n'y a pas de difficulté. Ce que nous aurions dû faire au début du confinement, c'est de ne pas se relâcher aussi vite collectivement. Bien évidemment, la loi ne l'a pas imposée. Nous aurions dû, sans doute davantage, tous le porter. Nous sommes tous un peu coupables", a-t-il affirmé.

Des chiffres stables depuis la semaine passée

Olivier Richefou se veut rassurant pour son département : "J'ai le sentiment aujourd'hui que les chiffres sont stabilisés. Si j'en juge par le nombre de cas positifs qui restent relativement stables depuis la semaine dernière", a-t-il souligné.

Faut-il se préparer à un reconfinement localisé en Mayenne ? Le président du conseil départemental refuse l’idée pour l’instant : "Cette solution-là n'est pas regardée, même s'il faut toujours se préparer à cette extrémité. Mais je crois que ce serait une véritable catastrophe sur le plan économique, même si la santé doit primer avant tout. Nous l'avons toujours fait en Mayenne en faisant primer la santé avant l'économie. Il faut trouver un juste équilibre. Aujourd'hui, cet équilibre est parfaitement assuré avec des tests localisés autour des lieux de clusters et un port du masque renforcé et obligatoire", a-t-dit.