Coronavirus : la crainte d'un engorgement dans les bureaux de poste à cause des prestations sociales

Tous les mois, certains font le choix de percevoir leurs prestations sociales en liquide dans leurs agences bancaires, mais avec le confinement, à son quinzième jour mardi 31 mars, impossible d'aller les récupérer.

France 2

Les autorités ont voulu prendre les devants. Les versements de prestations sociales pour le mois de mars ont été avancés de 48 heures, pour que les allocataires puissent prendre leurs dispositions. En effet, nombreux sont ceux qui, en temps normal, font le choix de retirer ces sommes en liquide à la Poste ou dans leur agence bancaire. Mais avec le confinement, qui en est à son quinzième jour mardi 31 mars, c'est tout simplement devenu impossible.

"On a besoin de faire ses courses"

Alors, devant les agences de la Poste encore ouvertes les files d'attente s'allongent déjà. "La carte bleue c'est bien gentil mais bon après on a besoin d'espèces, on a besoin de faire ses courses", estime une femme. Rien qu'à la Banque postale, 1,5 millions de personnes, sur les deux millions d'allocataires de la banque, devraient se rendre en agence pour récupérer leur argent. À noter tout de même que les autorités demandent à favoriser les paiements en carte bancaire pour faire ses courses, afin de limiter les contacts et les risques de propagation du coronavirus Covid-19.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une boîte aux lettres de La Poste, photographiée le 18 mars 2020 à Paris.
Une boîte aux lettres de La Poste, photographiée le 18 mars 2020 à Paris. (AMAURY CORNU / HANS LUCAS / AFP)