Coronavirus : comment la RATP et la SNCF s'adaptent à l'épidémie pour assurer la continuité des transports en commun

Les deux entreprises procèdent actuellement à un "recensement" de leurs agents afin d'établir un plan adapté à la situation et déclarent s'attendre à une offre réduite concernant le trafic des transports en commun à partir de lundi.

Des passagers portent des masques de protection dans le métro parisien, vendredi 13 mars 2020.
Des passagers portent des masques de protection dans le métro parisien, vendredi 13 mars 2020. (ABDULMONAM EASSA / AFP)

C'est l'une des inconnues des prochains jours. Comment les transports en commun vont-ils s'adapter face aux profonds bouleversements entraînés par l'épidémie de Covid-19 ? Deux mois après avoir vu leur fonctionnement bouleversé par la grève contre la réforme des retraites, la RATP et la SNCF ont prévenu, vendredi 13 mars, qu'une "offre réduite" de transports allait être mise en place à partir de lundi, car certains de leurs personnels ne pourront pas travailler, notamment pour garder leurs enfants, après l'annonce de la fermeture des établissements scolaires.

A la RATP, "il y aura une offre réduite par rapport à la normale, avec des adaptations, soit de fréquence" des métros, RER, bus ou tramways, "soit une priorisation sur certaines lignes", a précisé à l'AFP un porte-parole. La SNCF a elle aussi lancé "un recensement des collègues vulnérables et de ceux qui n'ont pas d'autres choix que de rester à la maison", annonce la direction.

>> Suivez les développements de l'épidémie de Covid-19 avec franceinfo

Comment ces deux entreprises gèrent-elles la crise ? Eléments de réponse en trois points.

En surveillant les cas en interne

Contactées vendredi par franceinfo, les deux entreprises indiquent d'abord surveiller de près les cas de contamination parmi leurs salariés. La SNCF recense à l'heure actuelle deux cas de Covid-19 chez ses agents. Il s'agit d'un ingénieur du centre d'ingénierie de matériel du Mans (Sarthe) et d'un agent basé à Douai (Nord), chargé de la relation client à distance, et qui ne sont dans les deux cas pas en contact avec la clientèle, précise la SNCF.

A la RATP, six cas ont été identifiés, dont deux conducteurs de bus. "Dès qu'un cas est identifié, nous prenons contact auprès de l'Agence régionale de santé (ARS) et de la médecine du travail, et nous suivons scrupuleusement leurs recommandations. Pour le cas des conducteurs, l'ARS ne nous a pas recommandé de mise en quarantaine des personnes entrées en contact avec eux", indique la régie. Les lieux de travail des salariés concernés sont systématiquement nettoyés et désinfectés, ajoute l'entreprise.

En recensant les agents qui pourront travailler

La SNCF comme la RATP procèdent également à un "recensement" de leurs agents afin d'établir un plan de transport adapté à la situation. "Nous contactons actuellement les contrôleurs, les conducteurs et les aiguilleurs pour effectuer une estimation de leur disponibilité", indique la SNCF.

Ces recensements, toujours en cours vendredi après-midi, ont pour objectif d'établir une estimation du nombre d'agents qui devront s'absenter dans les prochains jours, notamment pour assurer la garde de leurs enfants en raison de la fermeture des établissements scolaires. 

En adaptant leurs conditions de circulation en conséquence

Les plans de transport à la RATP et à la SNCF seront ensuite adaptés en fonction de la "gestion de l'absentéisme" des agents pendant l'épidémie, avait prévenu mercredi le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Il avait alors évoqué des hypothèses "de taux d'absentéisme de 15 à 20% pendant quelques semaines avec, lors du pic épidémique, un petit surcroît qui peut aller jusqu'à 30%". Mais cette estimation devra sans doute être revue à la hausse, Emmanuel Macron ayant depuis annoncé la fermeture des établissements scolaires à partir de lundi. Une décision qui devrait forcer nombre d'agents à garder leurs enfants à domicile et qui impliquera "une offre réduite par rapport à la normale, avec des adaptations, soit de fréquence" des métros, RER, bus ou tramways, soit de priorisation de certaines lignes, a annoncé vendredi soir la RATP.

Comme durant l'épisode de grève contre la réforme des retraites, la RATP étudie différentes stratégies, comme l'allègement du trafic sur quelques lignes ou la priorisation de celles jugées "structurantes", et qui relient entre elles les extrémités nord, sud, est et ouest de la capitale. "La situation est plus volatile qu'en période de grève, où les agents doivent se déclarer 48 heures à l'avance", souffle-t-on au sein de la régie.

En fonction de la disponibilité des agents, "différents scénarii seront mis en place", explique la SNCF qui prévoit, comme la RATP, d'annoncer ce week-end des modifications de son trafic.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Décryptage. Coronavirus : six choses à savoir sur la fermeture de tous les établissements scolaires en France pour freiner la propagation de l'épidémie

• Synthèse. Fermeture des écoles, limitation des déplacements, maintien des élections : ce qu'il faut retenir de l'allocution d'Emmanuel Macron sur le coronavirus

• Reportage. Porte verrouillée, tenue de protection renforcée et personnels nombreux : on a visité un service réanimation qui accueille les malades graves du coronavirus

• Témoignage. "Il faut quand même que je paie mes factures et que je fasse vivre ma famille" : le monde du spectacle désœuvré face à la crise du coronavirus

• VIDEO. Coronavirus : les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation