Les refuges de la SPA déjà saturés en ce début d'été avec une hausse de 14% des animaux recueillis par rapport à 2019

Les refuges comptent déjà 7 700 animaux abandonnés, selon le président de la SPA. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'un des pensionnaires du refuge de la SPA de Brignais (Auvergne-Rhônes-Alpes). (JO?L PHILIPPON / MAXPPP)

La SPA (Société de protection des animaux) constate un bond inquiétant du nombre d'abandons en France. Actuellement, "7 700 animaux sont présents dans nos refuges", explique jeudi 8 juillet sur franceinfo Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA. Les 62 refuges ont atteints leur capacité maximale en ce début d'été.

"On a actuellement 7 700 animaux présents dans nos refuges. On est dans notre capacité maximum alors que c'est une saturation que l'on observe les années précédentes, après le 14 juillet, après les premiers grands départs en vacances. On est très en avance et ça nous inquiète beaucoup." Beaucoup de chats, de chatons sont recueillis. "Certainement parce que pendant les confinements on n'a pas eu de stérilisations sur les chats libres. Un couple de chats en quatre ans peut avoir jusqu'à 20 000 descendants. Il y en a vraiment partout."

Beaucoup de chats ont aussi été achetés pendant le confinement par des gens qui maintenant les abandonnent parce qu'ils se rendent compte que leur vie est compliquée pour sortir de chez eux et partir en vacances.

Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA

franceinfo

L'effet "confinement" est palpable selon lui, avec "des gens qui n'ont pas suffisamment réfléchi avant d'acheter leurs animaux". Il parle d'une "augmentation générale de 14% du nombre d'animaux accueillis par rapport à 2019 et c'est surtout 25% d'augmentation chez les chats et les NAC (Nouveaux animaux de compagnie) principalement des lapins." Si les refuges sont trop saturés cet été, "les fourrières appliquent la procédure qui est celle de l'euthanasie", rappelle-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.