Covid-19 : "Il faut aller jusqu'à des scénarios de reconfinement", affirme l'épidémiologiste Martin Blachier

Martin Blachier estime que la question du "couvre-feu devient presque désuète".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le 24 septembre 2020 à Aulnay-sous-Bois (Île-de-France), une technicienne du service virologie de l'hôpital Robert Ballanger montre la courbe représentant la hausse du nombre de tests PCR positifs effectués dans son établissement. (ANTOINE LORGNIER / HANS LUCAS via AFP)

Martin Blachier, médecin de santé publique, épidémiologiste, affirme mercredi 21 octobre sur franceinfo qu'il "faut aller jusqu'à des scénarios de reconfinement" tant la situation dans plusieurs départements devient alarmante. Le nombre de contaminations ne cesse d'augmenter notamment dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

"La problématique du couvre-feu devient presque désuète. Aujourd'hui, il faut aller jusqu'à des scénarios de reconfinement. Il y a une telle accélération. On s'attend du coup à ce qu'il y ait vraiment une dynamique hospitalière qui va augmenter de façon considérable. On aura des taux d'occupation très importants dans les services de réanimation, y compris dans l'hospitalisation conventionnelle", assure-t-il.

C'est plutôt ce type de questions qu'il faut se poser aujourd'hui plutôt que le couvre-feu

Martin Blachier

à franceinfo

Martin Blachier estime que le gouvernement "va être obligé de se poser certaines questions". Selon lui, un reconfinement est de nouveau d'actualité : "On a fait plusieurs scénarios de reconfinement. On en a fait deux cette semaine. Il s'avère que deux semaines de reconfinement seraient efficaces pendant quatre ou six semaines. On a aussi étudié un scénario de reconfinement de la population âgée, comme on l'a déjà évoqué en mars-avril. Un reconfinement de deux semaines de la population vulnérable s'avère aussi efficace en termes de réanimation et de mortalité qu'un confinement général", a-t-il expliqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.