Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : "Le port du masque est beaucoup plus tenable que de limiter les rapports sociaux", estime le médecin épidémiologiste Martin Blachier

Alors que l'Angleterre annonce la limitation des rassemblements à six personnes maximum, le médecin épidémiologiste estime que la priorité est le port du masque.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Affiche indiquant le port du masque obligatoire à Lille le 7 septembre 2020. (LUC NOBOUT / MAXPPP)

"La mesure qui est de ne pas être plus de quatre, cinq ou six en même temps est beaucoup plus contraignante que le port du masque", affirme mercredi 9 septembre sur franceinfo Martin Blachier, médecin épidémiologiste et spécialiste de santé publique, alors que l'Angleterre annonce limiter tous les rassemblements à six personnes maximum.

"Donc je pense qu'à moyen ou long terme, le masque est beaucoup plus jouable et tenable que de limiter à ce point-là les rapports sociaux, ce qui mène à une refonte totale de tous nos rapports les uns avec les autres. Ce n'est pas très loin du confinement. Le masque est particulièrement intéressant parce qu'une fois qu'il a été accepté et qu'on s'est habitués, il permet d'avoir une vie qui est quasi-normale", développe l'épidémiologiste.

L'urgence, c'est de porter le masque, de limiter le risque dans nos interactions. 

Martin Blachier

à franceinfo

Le médecin épidémiologiste indique que la question des rassemblements familiaux est plus "complexe". "Il faut quand même un certain brassage pour que l'épidémie circule. Lors des rassemblements familiaux, vous avez d'abord un brassage qui se fait, qui relance l'épidémie", explique Martin Blachier. "Les gens s'infectent dans la famille mais une fois qu'ils se sont infectés dans la famille, c'est terminé. Donc les rassemblements familiaux, s'il n'y a que ça, ne sont pas en capacité d'entretenir une circulation virale. En revanche, quand vous couplez le grand mixing avec les grands rassemblements qui concernent des gens qui viennent de partout, vous avez une espèce de prolongement qui se fait par la sphère familiale."

Les grands rassemblements, "c'est ça qui entretient vraiment la dynamique épidémique"

"Il y a deux types de rapports sociaux", développe le médecin. "Il y a les rapports sociaux qui se font dans les cercles fermés que vous fréquentez tout le temps : le bureau, l'école, les quelques amis que vous voyez. Et ensuite, il y a le grand mixing, qui fait que cela peut passer d'une case à l'autre, et c'est ça qui entretient vraiment la dynamique épidémique."
 
Selon le médecin épidémiologiste, "si le masque est bien appliqué comme on l'a demandé dans les lieux clos, on devrait avoir courant septembre une circulation virale qui rediminue, donc ce taux de positivité qui rediminue. Si jamais on n'observe pas ça, je pense qu'il faudra intensifier les contrôles sur le masque", conclut Martin Blachier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.