Attestations de déplacement : comment le gouvernement s'est pris les pieds dans le tapis

L'exécutif a été contraint de modifier largement son document, samedi, après avoir publié une version jugée trop complexe. Retour sur un couac embarrassant.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Une pancarte accrochée à la poignée d'une salle de Matignon, à Paris, le 23 novembre 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Assailli par les très nombreuses critiques, le gouvernement a dû revoir sa copie. De nouvelles attestations de déplacement ont été mises en ligne samedi 20 mars dans la soirée. Elles ont remplacé celle, longue et complexe, qui avait été publiée vendredi soir pour accompagner les nouvelles restrictions en vigueur dans les 16 départements placés en confinement en raison de la pandémie de Covid-19. Franceinfo revient sur ce revirement en cinq actes. 

>> Covid-19 : retrouvez dans notre direct les dernières informations liées à la pandémie

Acte 1 : mise en ligne de l'attestation et premières réactions surprises

L'attestation mise en ligne par le ministère de l'Intérieur vendredi soir concerne les motifs de déplacement dérogatoire dans le cadre du couvre-feu et du confinement, pour les territoires concernés. Le justificatif de déplacement professionnel et le justificatif de déplacement scolaire (deux documents à part qui existent depuis les précédents confinements), eux, ne changent pas. L'attestation principale, qui s'étend sur deux pages, liste 15 motifs potentiels, des distances différentes (1 km, 10 km, 30 km...), des astérisques et des exceptions. La première page concerne tous les déplacements, de jour comme de nuit. La deuxième page concerne les déplacements en journée dans les 16 départements soumis à des mesures renforcées.

L'attestation comporte, de plus, des incohérences, comme celle de sortir son animal de compagnie, pour de brefs déplacements, dans un rayon de seulement 1 km autour de son domicile mais, dans le même temps, la possibilité de se promener en famille, sans restriction de temps, dans un rayon de 10 km autour de chez soi.

Les premières critiques, samedi matin, sont acerbes. Elles dénoncent la "technocratie" ou encore la "bureaucratie" derrière ce document difficilement compréhensible.

Acte 2 : le ministère de l'Intérieur concède que "l'attestation est complexe"

Camille Chaize, porte-parole du ministère de l'Intérieur, tente de déminer la situation sur des chaînes d'info. Elle revient notamment sur cette nouvelle attestation de déplacement samedi matin sur BFMTV. "Je vous l'accorde, l'attestation est complexe", concède-t-elle.

Pour chaque motif de déplacement, il faut se reporter à la distance correspondante, résume-t-elle également sur LCI, reconnaissant une nouvelle fois la complexité du document.

Face à l'incompréhension grandissante, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, demande aux préfets, dans un document qu'a pu consulter franceinfo, de faire ce week-end "des contrôles très pédagogiques (...) et de faire preuve de beaucoup de compréhension avant de verbaliser (en dernier ressort)".

Acte 3 : l'opposition tire à boulets rouges sur "un chef-d'œuvre bureaucratique"

L'opposition ne manque évidemment pas de juger sévèrement l'attestation. "S'il y avait un concours des pires inventions, un concours Lépine de l'absurde et de l'inutile, le ministère de l'Intérieur aurait une bonne chance de décrocher le premier prix avec son chef-d'œuvre bureaucratique", juge sur Twitter Bruno Retailleau, président des sénateurs Les Républicains. Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, condamne sur le même réseau social un document "totalement délirant". Un message accompagné d'un hashtag (et d'un jeu de mots) pour dénoncer la "technocratie en marche".

"Heureusement, il est possible pour une personne sans imprimante de recopier cette attestation à la main. Le seul problème, c'est qu'en commençant à l'écrire à 8 heures, on n'est pas certain de l'avoir fini avant le début du couvre-feu", ironise pour sa part le député LR Pierre-Henri Dumont.

Acte 4 : l'exécutif promet une nouvelle version simplifiée

Des sources gouvernementales et ministérielles font savoir, dans le courant de la matinée, qu'une version simplifiée de l'attestation doit être dévoilée "dans le courant de la journée" de samedi. Le gouvernement indique qu'il envisage finalement de renoncer aux attestations en journée pour les déplacements dans un rayon de 10 km. "L'idée est de permettre aux Français d'utiliser une piece d'identité ou un justificatif de domicile à la place d'une attestation pour justifier du fait qu'ils sont bien à 10 km de leur lieu de résidence", explique Matignon. L'ensemble est officialisé dans un communiqué, en début d'après-midi, qui annonce deux nouvelles attestations de déplacement. L'une pour le couvre-feu en France métropolitaine (entre 19 heures et 6 heures), l'autre pour les déplacements en journée dans les 16 départements confinés (entre 6 heures et 19 heures).

Mais ce revirement de l'exécutif ne calme pas les critiques. "Ils sont devenus fous !", lance Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France.

"Une fois de plus, la réponse de ce gouvernement à l'épidémie est un fiasco", juge Danièle Simonnet, conseillère LFI de Paris, et élue du 20e arrondissement de la capitale.

Acte 5 : les nouvelles attestations mises en ligne... dans la soirée

Les deux nouvelles attestations se font attendre tout l'après-midi. Elles sont finalement mises en ligne samedi soir, après 19 heures (et donc après l'entrée en vigueur du couvre-feu).

Ce couac va-t-il provoquer des tensions au sein de l'exécutif et de l'administration ? Le Parisien rapporte qu'Emmanuel Macron a demandé, dès samedi matin, "à ce que cela soit plus simple et plus efficace". "Honnêtement, ça ne ressemblait à rien. Les gens n'y comprenaient rien", a reconnu un conseiller de la majorité auprès du quotidien.

"Encore une fois, on donne le bâton pour se faire taper dessus par nos opposants."

Un conseiller de la majorité

au "Parisien"

Une journaliste politique de BFMTV indique également que le chef de l'Etat n'a pas caché sa colère. "A ce stade, il ne fallait pas appuyer sur le bouton 'stop', mais carrément arracher la prise", a lâché un membre de l'exécutif.

Selon elle, la première version de la nouvelle attestation a été rédigée par la cellule interministérielle de crise, qui dépend de Matignon. Une journaliste de L'Opinion rapporte, elle, que le Premier ministre "tenait à cette attestation".

Acte 6 : nouveau couac sur l'attestation numérique pour les déplacements en journée 

Si les versions imprimables des nouvelles attestations de déplacement ont été mises en ligne sur le site du ministère de l'Intérieur samedi soir, il a fallu attendre dimanche en fin de matinée pour qu'un générateur de ces attestations en version numérique soit partiellement disponible. Partiellement puisque, à la mi-journée, le générateur des attestations pour les déplacements entre 6 heures et 19 heures dans les départements confinés, n'était toujours pas accessible. "Bientôt disponible", indiquait simplement le site du ministère de l'Intérieur. Le générateur numérique complet de l'attestation de journée a finalement été mis en ligne, dimanche en fin d'après-midi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.