Aide alimentaire : avec le confinement, de nombreux travailleurs se précarisent

Les intérimaires n'ont pas pu bénéficier du chômage partiel pour sauver leurs emplois. Ils doivent compter sur l'aide des associations pour faire face à la crise.

France 3

Dans la Vienne, lors d'une distribution alimentaire, un homme, qui a souhaité rester anonyme, vient pour la première fois. Il ne s'en sort plus. "Ça fait du bien, parce qu'on est quand même au début du mois et on n'a plus d'argent pour s'acheter à manger, donc ca fait plaisir", explique-t-il.

Une demande d'aide en forte hausse

Même constat dans un quartier parisien. L'association La soupe populaire distribuait une centaine de repas par jour avant le début du confinement. Depuis, la demande a explosé. Cette forte hausse d'aide alimentaire se ressent partout en France. Au Secours Populaire, la fréquentation a augmenté de 45% au niveau national. Les banques alimentaires font face à une augmentation de la demande de 20% à 30%. De nouveaux profils sont apparus chez les bénéficiaires : restaurateurs, salariés, étudiants mais aussi des intérimaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les professionnels de l\'association Aurore distribuent des repas dans la cour dans le 14e arrondissement de Paris, le 2 avril 2020.
Les professionnels de l'association Aurore distribuent des repas dans la cour dans le 14e arrondissement de Paris, le 2 avril 2020. (DENIS MEYER / HANS LUCAS / AFP)