Confinement : l'épargne "colossale" que les Français ont accumulée peut être "un vrai support de rebond économique", selon un économiste à l’OFCE

Si les 75 milliards d'euros épargnés pas les Français durant la crise du coronavirus étaient redistribués dans les services (hôtel, restauration, loisirs), Mathieu Plane pense que l'on pourrait éviter un "scénario noir".

Les Français ont épargné 75 milliards d’euros depuis le début du confinement selon un rapport rendu public vendredi 26 juin par l\'OFCE.
Les Français ont épargné 75 milliards d’euros depuis le début du confinement selon un rapport rendu public vendredi 26 juin par l'OFCE. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Les Français ont épargné 75 milliards d’euros depuis le début du confinement (55 milliards pendant, et 20 après), selon un rapport rendu public vendredi 26 juin par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Une somme qui pourrait relancer l’économie, "s’il y a un regain de confiance, il y a un vrai support de rebond économique", a analysé sur franceinfo, Mathieu Plane, directeur adjoint du département analyse et prévision de l’OFCE.

L'économiste constate un "grand écart" concernant la confiance des ménages. D'un côté, "les ménages n’ont pas du tout confiance en l’avenir : ils ont anticipé que le marché du travail allait se dégrader et que ce n’était pas juste un épiphénomène. Et de l’autre côté, on a des niveaux de capacité d’épargne jamais atteints", constate Mathieu Plane.

Éviter le scénario noir par la consommation dans le secteur des services

L'ampleur de ce bas de laine s’explique par le confinement qui a provoqué une "consommation qui a beaucoup chuté, alors que les revenus assez peu. Et on se retrouve aujourd’hui avec 75 milliards d’épargne accumulée, ce qui est colossal". Avec cette épargne, "le plan du gouvernement doit vraiment être d’inciter à une reprise de l’économie, pour Mathieu Plane.

L’enjeu, c’est le dégonflement de cette épargne, qui, si elle devient une épargne de précaution, provoquera un choc économique très sévère.Mathieu Plane (OFCE)à franceinfo

"En revanche, poursuit-il le directeur adjoint du département analyse et prévision de l’OFCE, si ces 75 milliards sont redistribués dans l’économie, en particulier dans le secteur des services, liés à l’hébergement, à la restauration, aux loisirs, cela minimiserait les pertes. Ce ne serait pas le scénario noir", analyse Mathieu Plane.