Commerces : vers une assurance sur-mesure pour les restaurateurs ?

L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie propose de mettre en place une assurance qui prendrait en considération les pertes des commerçants en cas de fermeture administrative.

Si les commerces ont ouvert dès le 11 mai, les cafés et restaurants ont dû attendre mardi 2 juin afin de pouvoir accueillir des clients. Une fermeture de onze semaines avec une perte d'exploitation qui n'est pas couverte pas les assureurs. C'est pour cela que l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) a décidé, en accord avec les 23 000 professionnels du secteur, de mettre en place une nouvelle assurance pour garantir les besoins essentiels.

Une proposition "adaptée"

"Ce qu'on compte proposer, c'est apporter un nouveau contrat aux 230 000 entreprises", explique Alain Grégoire, président de l'Umih Rhône-Alpes. "Une proposition équilibrée, au juste prix, et qui est adaptée aux vrais risques des professionnels", argumente-t-il. "On ne parle pas de risque épidémique ou de pandémie. On parle de tout risque qui serait lié à une fermeture administrative", précise Alain Grégoire. Mais assurer un tel risque aura un coût en terme de contrat d'assurance. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Les employés de la brasserie Les Deux Magots préparent la terrasse pour la réouverture, le 1er juin 2020 à Paris.
Les employés de la brasserie Les Deux Magots préparent la terrasse pour la réouverture, le 1er juin 2020 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)