CARTE. Coronavirus : quels sont les départements les mieux dotés en lits en réanimation ?

Les dernières données du ministère de la Santé permettent de visualiser les inégalités d'équipements en métropole. Face à l'épidémie de Covid-19, les hôpitaux ont toutefois renforcé leurs moyens, jusqu'à doubler le nombre de disponibilités.

La France est équipée d'un peu plus de 5 000 lits en réanimation, selon le ministère de la Santé. Même si l'immense majorité des cas ne nécessite pas d'être hospitalisé en réanimation, ces lits sont essentiels à la lutte contre l'épidémie de coronavirus pour les cas les plus graves car ils sont équipés d'appareils respiratoire.

>> Suivez l'évolution de l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Mais la répartition de ces équipements est inégale dans les départements français. Grâce à la dernière enquête sur les établissements de santé, réalisée chaque année par le ministère, et dont les données datent de 2018, il est possible de dresser la carte de France des lits de réanimation par département, comme l'a fait Le Figaro.

Pour chaque département, la taille des points correspond au nombre de lits en réanimation et la couleur correspond au nombre de lits pour 10 000 habitants.

Les départements de l'Ile-de-France, aujourd'hui région la plus affectée en France avec plus de 3 300 cas confirmés au 19 mars, concentrent à eux seuls 1 147 lits en réanimation, pour environ 12 millions d'habitants. D'autres zones sont moins fournies en équipement. Le département du Haut-Rhin, par exemple, l'un des foyers majeurs de l'épidémie en France, ne dispose en temps normal que de 70 lits. De même, lorsque le gouvernement a annoncé la fermeture des stations de sports d'hiver, c'est notamment au regard du faible nombre de places en réanimation que connaissent des départements comme la Haute-Savoie (34 lits) ou la Savoie (18 lits).

Des hôpitaux déjà saturés dans le Grand-Est

Mais ces chiffres bruts sont à nuancer. Les données collectées dans l'enquête du ministère de Santé correspondent à des équipements disponibles en temps normal, et plusieurs hôpitaux ont déclaré être en mesure de déployer davantage de lits en réanimation. C'est le cas du CHU de Rennes, qui a annoncé le 14 mars disposer à lui seul de 48 lits en réanimation, de celui de Bordeaux, ou encore à Nancy, où l'hôpital a doublé le nombre de lits disponibles en réanimation. Malgré ces moyens supplémentaires, des hôpitaux et leurs services de réanimation sont déjà saturés, et des médecins doivent faire des choix, notamment dans le Grand-Est, comme le révèle L'Obs.