Après avoir vécu sans le bruit des avions, les riverains de l'aéroport d'Orly appréhendent la reprise des vols

Avec la crise du coronavirus, l'aéroport était fermé depuis le 31 mars. Les vols reprennent, vendredi 26 juin. Une reprise qui sonne la fin du calme pour les habitants de Sucy-en-Brie et des environs d'Orly.

Avion en phase d\'atterrissage à l\'aéroport d\'Orly (illustration).
Avion en phase d'atterrissage à l'aéroport d'Orly (illustration). (MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Depuis trois mois, Luc Offenstein dit dormir une heure et demie de plus par nuit, et se réveille tous les matins par le bruit des oiseaux. "C'est le bonheur, reconnaît-il. On redécouvre notre jardin, on a mis des fleurs. On profite, ce qu'on ne faisait plus. C'est quand même dommage d'habiter dans un endroit aussi sympa, le bois à côté, sans pouvoir en profiter pleinement." Luc Offenstein est le président de l'association OYE349, une association qui lutte contre les nuisances aériennes d'Orly. À Sucy-en-Brie, à proximité d'Orly (Val-de-Marne), la plupart des 26 000 habitants redoutent le retour des avions dans le ciel. Les vols au départ et à destination d'Orly vont reprendre, vendredi 26 juin et si la reprise du trafic sera très progressive, elle signifie la fin du calme pour les riverains.

J'ai déménagé sans avoir déménagé ! On vit complètement autrement.Luc Offenstein, président de l'association OYE349à franceinfo

Le président de l'association OYE349 prend régulièrement des mesures sonores dans son jardin. Avant le confinement, avec en moyenne un avion toutes les trois minutes, voire toutes les minutes trente en heure de pointe, le volume sonore dépassait fréquemment les 70 décibels. Aujourd'hui "le bruit de fond est de 33 à 35 décibels, c'est ce qu'on arrive à avoir la campagne, constate-t-il. Depuis le confinement, je n'ai pas bougé. On va bien voir la semaine prochaine comment ça va se passer."

74 départs et arrivées prévus à Orly vendredi

Bien qu'habitués à ces bruits constants, certains habitants appréhendent la reprise du trafic. Alexandre, 27 ans, habite depuis toujours à Sucy-en-Brie. "On va redevenir ceux qui découvrent le bruit des avions. En plus, vu la température, on dort les fenêtres ouvertes, raconte-t-il. On se rassure en se disant que le temps que le trafic aérien reprenne à la normale, on a encore un petit peu de marge, mais on se doute bien que cette période est bientôt finie." 

74 départs et arrivées sont prévus à Orly demain et près de 150 la semaine prochaine. Les rotations sont divisées par quatre par rapport à l'avant coronavirus, et les investissements des compagnies vont également dans le bon sens selon Michel Landelle, le responsable des aires aéronautiques de l'aéroport. "Les flottes plus récentes émettent à la fois moins de bruit et consomment beaucoup moins de carburant, explique Michel Landelle. Aujourd'hui, on n'a jamais eu une flotte aussi récente opérée par les compagnies aériennes au départ de Paris-OrlyCorsair, par exemple, a retiré ses trois 747 de façon à pouvoir satisfaire à ces exigences."

Malgré ces efforts, le collectif d'habitants de Luc Offenstein a envoyé une lettre à Emmanuel Macron juste avant la reprise. Il demande moins de rotations quotidiennes ou encore l'élargissement des horaires sans avions la nuit.