Tabac : avec "12 millions de fumeurs quotidiens" le niveau de tabagisme "reste élevé en France en 2022", selon Santé publique France

A l'occasion de la Journée mondiale sans tabac ce mercredi, Santé publique France publie son étude sur le tabagisme pour l'année 2022. Elle indique notamment qu'il y a plus de fumeurs parmi les personnes sans diplôme que parmi celles qui ont fait des études supérieures.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
En 2022, la France compte 12 millions de fumeurs quotidiens selon Santé publique France. (LP / ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)

Le nombre de fumeurs se maintient à "un niveau élevé" en France car en 2022, la France compte "12 millions de fumeurs quotidiens", annonce mercredi 31 mai Santé publique France, à l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, dans une étude sur le tabagisme que franceinfo a pu consulter.

>> INFOGRAPHIES. Journée mondiale sans tabac : quels sont les pays où l'on fume le plus ?

Selon ces résultats, en France métropolitaine, en 2022 plus de trois personnes sur dix déclarent fumer et parmi elles, un quart fume quotidiennement avec en moyenne plus de 12 cigarettes par jour, détaille Santé publique France dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire. Le tabac est la première cause de mortalité évitable en France, avec 75 000 décès attribuables en 2015, soit 13 % des décès.

Les fumeurs sont plus souvent des hommes que des femmes, 27,4 % contre 21,7 % soit près de six points d’écart. L’augmentation observée parmi les femmes entre 2019 et 2021 ne semble pas se poursuivre, remarque cette étude. Elle met par ailleurs l'accent sur des inégalités sociales toujours très marquées en matière de tabagisme, ainsi on compte plus de fumeurs chez les personnes sans diplôme, 30,8 %, contre 16,8 % chez ceux qui ont fait des études supérieures. Les proportions sont également plus élevées chez les personnes qui sont au chômage ou encore chez les jeunes en apprentissage comparés à ceux qui sont au lycée. La prévalence du tabagisme quotidien est donc de 42,3 % parmi les chômeurs, 26,1 % chez les actifs 19,1 % parmi les étudiants.

La stabilité du tabagisme se confirme en 2022

Parmi ces fumeurs quotidiens, près six sur dix souhaitent arrêter de fumer (59,3 %). 26,4 % des fumeurs déclarent avoir le projet d’arrêter dans les six prochains mois et 30,3 % ont fait une tentative d’arrêt d’au moins une semaine dans les 12 derniers mois.  Après une période de baisse de la prévalence du tabagisme entre 2016 et 2019, "la stabilité du tabagisme observée à partir de 2020 se confirme en 2022", détaille Santé publique France qui y voit un "un impact de la crise sanitaire, sociale et économique liée à la Covid-19".

>> François Braun envisage d'ouvrir aux pharmaciens la prescription des cigarettes électroniques utilisées comme substituts nicotiniques

Selon Santé publique France, la prévalence du vapotage quotidien s’élève à 5,5 %. "Elle ne varie pas de façon significative par rapport à 2021, mais une tendance à la hausse est observée depuis 2016, année où on comptait 2,5 % de vapoteurs quotidiens". Dans l’objectif de poursuivre la lutte contre le fléau du tabagisme et parvenir à une première génération sans tabac en 2032, le ministre de la Santé François Braun a annoncé un nouveau programme national de lutte contre le tabac dont la préparation se poursuit et sera lancé cette année. Il s'agira notamment "de mieux prévenir l’entrée dans le tabagisme et d’accompagner les fumeurs vers l’arrêt, avec une attention particulière sur les populations cibles, notamment les jeunes, ainsi que sur la réduction des inégalités sociales de santé liées au tabac".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.