Cet article date de plus d'un an.

François Braun envisage d'ouvrir aux pharmaciens la prescription des cigarettes électroniques utilisées comme substituts nicotiniques

Ces prescriptions excluront les puffs, ces cigarettes électroniques jetables, qui ne permettent "en rien de sortir du tabagisme", estime le ministre de la Santé.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre de la Santé, François Braun, le 24 mai 2023 à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le ministre de la Santé répète sa volonté d'interdire les puffs, ces cigarettes électroniques jetables prisées des jeunes. Ces dernières ne permettent "en rien (...) de sortir du tabagisme", a argué François Braun, dimanche 28 mai, sur RTL, alors que des députés espèrent faire voter cette interdiction à la rentrée. Toutefois, l'urgentiste a déclaré envisager d'ouvrir aux pharmaciens la prescription des cigarettes électroniques utilisées comme substituts nicotiniques.

> > Santé : la puff, interdite dans plusieurs pays européens, dans le collimateur des responsables sanitaires en France

Cette prescription exclura ainsi les puffs, "ces produits colorés" qui "amènent les jeunes vers le tabac" selon lui. Elle ne concernera que les "substituts nicotiniques avec [des] cigarettes électroniques", qui, elles, "permettent de diminuer progressivement sa consommation de nicotine et d'arrêter".

Interrogé sur un éventuel remboursement, François Braun a répondu que le sujet était "sur la table dans le cadre du prochain plan antitabac" du gouvernement, prévu sur la période 2023-2028. Il a également dit vouloir taxer "tous les produits du tabac, comme le tabac à chauffer ou à chiquer, de la même façon" que le paquet de cigarettes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.