Une campagne publicitaire de l'association anti-PMA et anti-IVG Alliance Vita retirée des gares parisiennes

La maire de Paris, Anne Hidalgo, s'est dite "profondément choquée et indignée par cette campagne anti-IVG et anti-PMA".

La gare du Nord, à Paris, le 2 janvier 2020.
La gare du Nord, à Paris, le 2 janvier 2020. (MATHIEU MENARD / HANS LUCAS / AFP)

Les affiches ont rapidement créé la polémique. Quelques jours avant l'examen du projet de loi bioéthique en commission spéciale du Sénat, puis en séance à partir du 21 janvier, l'association pro-vie Alliance Vita a décidé de lancer une importante campagne d'affichage. Sur ces pancartes installées depuis jeudi 2 janvier dans les gares parisiennes, l'organisation demande notamment de "respecter la maternité", "respecter la paternité" et "respecter la vie". Une allusion à ses engagements contre la PMA pour toutes les femmes et l'avortement.

Cette campagne d'affichage a été critiquée par plusieurs personnalités politiques. La maire de Paris, Anne Hidalgo, s'est dite "profondément choquée et indignée par cette campagne anti-IVG et anti-PMA". Le conseiller région d'Ile-de-France, Maxime des Gayets, a lui dénoncé "une association comme Alliance Vita, qui entrave le droit à l'IVG" et qui "ne peut faire campagne ainsi dans l'espace public".

Médiatransports reconnaît une "négligence"

En fin de journée, la régie de Médiatransports, qui gère les espaces publicitaires de la SNCF et de la RATP, a indiqué à L'Obs que deux des visuels de la campagne, ceux concernant la "maternité" et la "paternité", vont être retirés. "Nous respectons la pluralité des expressions dès lors que les messages que nous diffusons ne sont pas en contradiction avec notre devoir de neutralité. C'est le cas de ces deux visuels militants", a expliqué Valérie Decamp, présidente de Médiatransports, qui concède une "négligence".