Cet article date de plus d'un an.

Présidentielle américaine : le monde selon Joe Biden ne serait pas si différent de celui de Donald Trump

écouter (3min)

Si comme tous les sondages l'annoncent, le démocrate Joe Biden succède au républicain Donald Trump à la Maison Blanche, les positions américaines sur plusieurs dossiers internationaux pourraient évoluer.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des supporters de Joe Biden lors d'un meeting en Géorgie (Etats-Unis), le 2 novembre 2020. (ELIJAH NOUVELAGE / AFP)

Après plusieurs mois d'une campagne atypique entravée par l'épidémie de Covid-19, les Américains se prononcent, mardi 3 novembre, pour élire le 46e président des Etats-Unis. Si Joe Biden l'emporte, l'évolution la plus marquante serait un retour quasi immédiat des États-Unis dans l'accord de Paris sur le climat. Joe Biden s'y est engagé. Et il veut aussi développer une politique énergétique plus propre, avec un fort développement de la voiture électrique et un objectif ambitieux d'emissions zéro carbone en 2035.

>> Election américaine : Joe Biden va-t-il l'emporter face au président Donald Trump ? Suivez la soirée électorale sur franceinfo

Cela dit, il ne s'est pas prononcé sur le sujet controversé de la fracturation hydraulique. Ses positions seraient également plus souples sur l'Iran, avec une marge de négociation plus importante pour rétablir le fil de la discussion sur le nucléaire iranien, autre dossier clé des mois à venir, d'autant que Téhéran a accéléré sa politique d'enrichissement de l'uranium après le retrait américain de l'accord, là aussi. Dans la région proche et moyen-orientale, la diplomatie américaine pourrait également revenir à des fondamentaux plus classiques sur la question israélo-palestinienne. Mais le changement principal serait sans doute un changement de ton, le retour à des échanges plus courtois et plus respectueux des conventions diplomatiques.

Pas nécessairement de changement sur la Chine ou l'Europe

En revanche, il ne faut pas s'attendre à des volte-faces sur les dossiers clés des relations avec la Chine ou l'Europe. Sur la Chine, Joe Biden a déjà annoncé son intention d'être dur, de maintenir les nouveaux droits de douane et d'adopter une posture protectionniste pour protéger les emplois américains. Il souhaite surtout réorienter les négociations vers les questions de propriété intellectuelle.

Avec l'Europe, il ne faut pas nécessairement s'attendre à une grande réconciliation après les années Trump. Le ton Biden serait plus policé, plus respectueux des alliés tradtionnels occidentaux et l'OTAN ne serait sans doute plus sur la sellette. Mais la réorientation de la politique internationale américaine vers la zone Pacifique a en réalité débuté sous Obama, bien avant Trump. Et il ne faut pas s'attendre à voir les Etats-Unis faire des cadeaux à l'Europe, en particulier sur les questions commerciales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.