Cet article date de plus d'un an.

Un pilule contre le Covid-19, le droit à l'avortement en Europe et un lac rouge en Lituanie... : Le Vrai du Faux junior

Dans le Vrai du Faux Junior, les adolescents s'intéressent aux traitements contre le Covid-19, au droit à l'avortement dans l'Union européenne et à la guerre en Ukraine.

Article rédigé par franceinfo - Antoine Deiana
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Première véritable "pilule anti-Covid", le Paxlovid cible les personnes susceptibles de développer des formes graves du Covid. (FABIAN SOMMER / DPA)

Cette semaine dans le Vrai du Faux junior, des adolescents nous interrogent sur un lac en Lituanie teint en rouge pour dénoncer "les crimes de guerre de Poutine", sur une pilule efficace contre le Covid-19 et sur Emmanuel Macron qui souhaite inscrire le droit à l'avortement dans la charte des droits fondamentaux de l'Union européenne. 

Une pilule existe-t-elle pour lutter contre les formes graves du Covid-19 ?

Théa se demande si, à part le vaccin, il existe un traitement "contre les formes graves du Covid-19". Mathieu Molimard, chef de service de pharmacologie médicale au CHU de Bordeau lui répond "qu'il y a plusieurs médicaments qui sont déjà disponibles pour traiter le Covid." Il s'agit d'antiviraux "qui viennent d'arriver et qui seront bientôt disponibles en prescription classique" précise Mathieu Molimard.

Le spécialiste en surveillance des médicaments cite notamment le "Paxlovid qui est un antiviral qui bloque la réplication du virus et qui est efficace pour diminuer les hospitalisations et les décès et donc les formes graves du Covid." Seulement Mathieu Molimard rappelle que "comme avec tous les médicaments, il y a des effets indésirables et des difficultés de prescription parce qu'il y a beaucoup d'interactions avec les autres médicaments." Il y a aussi des anticorps qui fonctionnent mais le problème avec ces anticorps c'est "que leur cible varie avec les variants des virus et donc de ce fait, ils perdent leur efficacité en fonction des variants". Donc pour Mathieu Molimard, la vaccination "reste le vrai traitement fiable qui marche".

Un lac a-t-il été peint en rouge en Lituanie pour dénoncer les crimes de guerre commis par Poutine ?

Théa a été surprise par une initiative en soutien aux Ukrainiens qui subissent depuis le 24 février 2022 les attaques de la Russie. Elle a vu sur Tiktok qu'un lac en Lituanie "aurait été coloré en rouge sang pour dénoncer les crimes de guerre commis par Poutine". Elle se demande si c'est vrai.

On a vérifié et c'est vrai, le lac est situé en face de l'ambassade russe en Lituanie, à Vilnius, la capitale du pays. Il s'agit d'une action militante visant à dénoncer les "crime de guerre commis par l'armée russe en Ukraine". Du colorant naturel a été utilisé pour coloré le lac en rouge, "comme il l'avait déjà été, par exemple, en vert à l'occasion de la Saint-Patrick" a expliqué Paulius Vaitekenas, porte-parole de Vilnuis.

L'action a été médiatisée par l'ancienne championne olympique de natation, Rūta Meilutytė, qui a traversé le lac à la nage. Sur les images, qu'elle a partagé sur ses réseaux sociaux, on voit aussi une phrase peinte sur une route juste à côté du lac, où est inscrit "Poutine La Haye t'attend" en référence à la ville néerlandaise où siège la Cour pénale internationale jugeant les crimes de guerre.

Emmanuel Macron va-t-il faire ajouter le droit à l'avortement aux droits fondamentaux de l'Union européenne ?

Lou se demande si Emme Macron "souhaite inscrire le droit à l'avortement dans la charte des droits fondamentaux de l'Union européenne ?"

Pierre Bénazet, correspondant pour Radio France à Bruxelles et spécialiste des questions européennes lui répond que c'est vrai et que président français, Emmanuel Macron "en a parlé lors d'un discours devant le parlement européen à Strasbourg le 19 janvier dernier." Pierre Bénazet précise qu'il en a parlé "au moment où était élue la nouvelle présidente du Parlement européen qui a une position particulière sur l'avortement car son pays, Malte, y est opposé." Malte est le dernier pays européen où l'avortement reste encore un crime qui peut conduire une femme et son médecin en prison.

Enora demande également si cette proposition d'Emmanuel Macron est faisable et "compatible avec le droit européen" ? Selon Pierre Bénazet "en théorie on peut mettre ce qu'on veut dans la charte des droits fondamentaux de l'Union européenne à partir du moment où ça correspond aux droits nationaux des pays". Mais le correspondant de Radio France à Bruxelles précise aussi "qu'il faut rouvrir les traités européens, rediscuter entre les 27 membre de l'Union européenne et obtenir l'unanimité". Seulement, Pierre Bénazet rappelle que "le droit à l'avortement pose problème aux Maltais et aux Polonais, donc cette démarche paraît compliquée politiquement".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.