Il fait beau, il fait chaud... et ce n'est pas une bonne nouvelle

écouter

Des verres en terrasses, des barbecues... et une sécheresse qui s'installe. La vague de chaleur qui touche la France inquiète beaucoup les agriculteurs mais aussi les défenseurs de l'environnement : et s'il était temps de revoir notre modèle ? On revient aussi dans cet épisode sur l’absence très commentée de la reine Elizabeth II lors du discours du trône, et on aborde le tabou des femmes lesbiennes dans le monde du travail.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un sol craquelé sous l'effet de la sécheresse, à Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique), le 16 avril 2022. Photo d'illustration. (ALEXANDRE CHASSIGNON / RADIO FRANCE)

Un soleil éclatant, c’est souvent synonyme de verre en terrasse, de balade dans des parcs et pour les plus chanceux d’un bain de mer. Mais c’est aussi synonyme de sécheresse. Les agriculteurs français s’inquiètent pour la production de céréales. En plus des températures avoisinant parfois les 30 °C cette semaine, il n’y a assez plu ces derniers mois. Le déficit de précipitations, depuis le mois de septembre, est de 20% par rapport à 2021. Résultat : quinze départements doivent faire attention ou restreindre leur utilisation d'eau. Face à cette situation, des voix s’élèvent : et s'il était temps de changer notre modèle agricole ? 

God save the Queen

C'est un rendez-vous annuel incontournable au Royaume-Uni : le discours du trône. La reine Elizabeth II présente alors le programme du gouvernement devant le Parlement britannique. Pourtant, cette année, la cérémonie s'est déroulée sans la reine qui souffre de "problèmes de mobilité épisodiques". Une première depuis 59 ans. Richard Place, correspondant à Londres de Radio France, nous raconte comment la population britannique réagit face à l'absence exceptionnelle de la reine. 

Femme et lesbienne : la double peine dans le monde du travail

53% des femmes homosexuelles ont subi au moins une agression ou une discrimination au travail. Un chiffre alarmant pour l'association L'Autre Cercle, qui sort une enquête sur la visibilité et l'invisibilité des lesbiennes au travail. On constate qu'elles sont moins nombreuses que les hommes gays à se rendre visibles, notamment, à cause de remarques sexistes. Certaines assument pourtant leur orientation sexuelle et espèrent inspirer les autres. C'est le cas d'Annabelle Guiraud qui a raconté son expérience au micro de Lou Surrans pour le Quart d'Heure.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.