Pourquoi l'affaire du ballon espion empoisonne un peu plus les relations entre la Chine et les États-Unis

écouter (2min)

La destruction du ballon espion, samedi 4 février, par les autorités américaines, empoisonne les relations entre Pékin et Washington.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Le ballon suspect chinois au dessus du Montana (États-Unis), le 1er février 2023. (CHASE DOAK / CHASE DOAK)

En envoyant un missile pulvériser ce ballon qui survolait leur territoire – à des fins d'espionnage selon le Pentagone – les États-Unis ont surtout réduit en miettes les espoirs d'apaisement avec la Chine.
Car depuis, les communiqués rageurs se multiplient.

>> Cinq questions sur la destruction du "ballon espion" chinois, qui ravive les tensions entre Pékin et Washington

Dimanche 5 janvier, le ministère des Affaires étrangères chinois accuse Washington d'avoir "réagi de manière excessive" et dit se "réserver", "le droit de répliquer". Et puis lundi matin, au cas où on n'aurait pas bien compris, petite couche supplémentaire : les agissements américains ont "gravement affecté et endommagé" les relations entre nos deux pays, dit Pékin. Ce qui est faire beaucoup de cas tout de même d'un ballon censé être un simple appareil de recherches météo.

Anthony Blinken annule sa visite

Il faut dire que la Chine n'a pas vraiment apprécié l'annulation in extremis de la visite du chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken. Ce déplacement aurait été le premier d'un secrétaire d’État américain en Chine depuis 2018. Il avait été décidé lors de la rencontre entre Joe Biden et XI Jinping en novembre en marge du G20 pour aider les deux puissances à sortir d'une phase de fortes tensions.

Anthony Blinken aurait donc dû être à Pékin aujourd’hui. Il y était très attendu, tant les rivalités et les désaccords à régler sont nombreux : guerre en Ukraine, menace d'invasion à Taiwan, tensions en mer de Chine méridionale, questions économiques. Mais pour Washington, rajouter à cette liste le sujet du ballon – qui dans un autre contexte aurait pu être relativement anecdotique – n'était pas franchement une bonne idée.

Pour l'instant, ce voyage n'est que reporté ; la maison blanche assure que les canaux de discussion restent ouverts... mais ça va être compliqué de recoller les morceaux. On verra aussi ce que donne l'analyse des débris qui ont commencé à être repêchés au large de la Caroline du Sud. Il s'agit en tout cas de la crise la plus aiguë dans les relations sino-américaines depuis la visite de la démocrate Nancy Pelosi à Taïwan l'été dernier.

Les Républicains se lâchent contre Biden

Cette affaire du ballon a aussi des conséquences sur la politique intérieure américaine : d'abord, elle nourrit une certaine fièvre anti-chinoise dans la classe politique, mais elle alimente surtout l'opportunisme des républicains qui accusent Joe Biden de pas avoir été assez rapide, pas assez ferme, "comme toujours, quand il s'agit de sécurité nationale et de politique étrangère", ironise leur représentant au Sénat. "La Chine s'est moquée de notre espace aérien" dit encore Mitch McConnell.

"Ce ballon n'aurait jamais dû entrer sur le territoire américain", ajoute un autre élu, Mike Turner, président de la commission sur le renseignement de la chambre des représentants. L'abattre "au-dessus de l'Atlantique, c'est un peu comme tacler un attaquant sur un terrain de football une fois que le match est terminé".

L'opposition lâche ses coups, avec l'objectif d'affaiblir au maximum le président, qui doit prononcer demain devant le Congrès son grand discours sur l'état de l'Union

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.