Guerre en Ukraine : qui est Tucker Carlson, journaliste controversé, présent en Russie pour interviewer Vladimir Poutine

Tucker Carlson, récemment limogé de la chaîne Fox News, est le premier journaliste occidental à interviewer Vladimir Poutine depuis le début de la guerre. L'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton l'accuse d'être le journaliste d'être l'idiot utile du Kremlin.
Article rédigé par Isabelle Labeyrie
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
A gauche le président russe Vladimir Poutine, à droite le journaliste Tucker Carlson. (NATALIA KOLESNIKOVA,GIORGIO VIERA / AFP)

C'est la première interview de Vladimir Poutine à un média étranger depuis l’invasion de l’Ukraine. Le président russe a accepté de répondre à l’Américain Tucker Carlson, personnage controversé, proche de Donald Trump et récemment limogé de la chaîne Fox News. Cet entretien n'a pas encore été diffusé, il est annoncé à minuit, vendredi 9 février, sur X (anciennement Twitter) mais il fait déjà l'objet d'un battage médiatique exceptionnel, très fier de sa prise de guerre, l'éditorialiste a diffusé mardi depuis Moscou une petite vidéo d'auto-promo. 

Cette vidéo compte plus de 95 millions de vues jeudi 8 février dans la matinée. Tucker Carlson y accuse les médias occidentaux d'être corrompus, trop complaisants avec l'Ukraine et se présente comme celui qui est du bon côté.

Un traitement de faveur

Aucun journaliste occidental n'a interviewé Vladimir Poutine depuis le début de la guerre, le Kremlin a toujours refusé. Tucker Carlson oublie aussi Evan Gershkovitch, l'un de ses compatriotes, reporter, emprisonné depuis mai 2023. Et la répression systématique des voix critiques. Lui a droit a un traitement de faveur, il a une position "différente" dit le porte-parole du Kremlin. Coqueluche des médias d'État qui reprennent régulièrement ses analyses pro-russes. Carslon est, depuis son arrivée, suivi à Moscou comme une star dans tous ses déplacements.

>> Suivez l'actualité de la Guerre en Ukraine dans le podcast de Radio France

Vladimir Poutine, lui, s'offre une belle publicité ! A priori il ne sera pas mis en difficulté par des questions dérangeantes. Tucker Carlson s'est déjà illustré par ses interviews flatteuses du Hongrois Viktor Orbán ou de l'Argentin Javier Milei. Comme eux le président russe aura l'opportunité de relayer sa propagande et de parler à une partie de l'opinion américaine, qui lui est favorable au moment où Donald Trump et ses alliés, font tout, à Washington, pour maintenir le blocage de l'aide américaine à l'Ukraine.

Indignation dans le camp des démocrates

L'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton accuse le journaliste d'être l'idiot utile du Kremlin. Même la Maison-Blanche a réagi. "Je ne pense pas que nous ayons besoin d’une interview avec Vladimir Poutine pour comprendre sa brutalité", dit John Kirby,un porte-parole de l’exécutif. "Ce qu'il fait en Ukraine devrait être évident pour tout le monde". Carlson ne peut pas offrir de tribune à un dirigeant accusé de crimes de génocide devant la Cour pénale internationale. Plusieurs parlementaires demandent que le journaliste soit ajouté à la liste des personnalités sanctionnées par Bruxelles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.