Malgré le contexte compliqué de 2022, l'économie française semble résiliente

écouter (4min)

L’Insee publie mardi 31 janvier ses premiers chiffres de croissance pour 2022. Avant les données affinées et définitives, l’estimation montre une France qui résiste malgré un contexte compliqué.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une agence Pôle emploi à Nantes (Loire-Atlantique). Le taux de chômage est aux alentours de 7% de la population active qui est au plus bas depuis 2011.  (LOIC VENANCE / AFP)

Inflation au plus haut depuis 40 ans, crise énergétique, guerre en Ukraine… Face aux chocs, la France se montre résiliente si l’on en croit les données que s’apprête à publier l’Institut national de la statistique. L'Insee est en train de valider les chiffres pour l’ensemble de l’année écoulée. Certes, on ne retrouvera pas l’embellie enregistrée en 2021 avec la reprise post-Covid.

>> Réformes des retraites : pourquoi le gouvernement ne peut pas reculer

En 2022, l’activité a marqué le pas, mais a bien résisté. Pour preuve, ces données qui peuvent surprendre, mais qui sont bien réelles : le taux de chômage aux alentours de 7% de la population active qui est au plus bas depuis 2011 ; les entreprises qui cherchent à recruter, mais ont des difficultés, faute de candidats et quand elles recrutent, elles sécurisent les embauches avec prioritairement des CDI, des contrats à durée indéterminée (plus de cinq millions de CDI ont été signés dans le courant de l’année). Enfin, les défaillances d’entreprises qui ont augmenté, mais il y en eu moins qu’avant la pandémie : 10 000 faillites de moins l’année dernière qu’avant le Covid.

Perspectives 2023

Pour cette année, la situation s’annonce plus compliquée. Si les investissements des entreprises ont surpris par leur dynamisme et soutenu l’emploi en 2022, la fin d’année a été marquée par la faible consommation des ménages, moteur traditionnel de la croissance, mais parent pauvre de l’activité, frappé de plein fouet par la rapide hausse des prix.

Autre facteur : les entreprises ont reconstitué leurs stocks pour répondre à une reprise de la demande, mais les nouvelles commandes se portent visiblement moins bien. Enfin, cette année, il n'y aura plus, ou en tout cas beaucoup moins, de mesures de soutien déployées par le gouvernement à coup de milliards d’euros, ce qui avait joué un rôle crucial dans le soutien de l’activité. Donc, vers une croissance positive pour 2022, cela ne semble faire aucun doute. Verdict mardi 31 janvier avec les chiffres de l’Insee. Pour 2023, nous croisons les doigts.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.