Le brief éco, France info

Le brief éco. Pétrole : pourquoi Donald Trump veut couper le robinet iranien ?

Les Etats-Unis accentuent la pression sur l’Iran. Le président américain, Donald Trump vient de prendre une décision qui vise à priver son ennemi au Moyen-Orient de sa principale source de revenus : le pétrole. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
À partir du jeudi 2 mai, huit pays devront cesser tout achat de pétrole à la République islamique, sous peine de sanctions de la part de Washington.
À partir du jeudi 2 mai, huit pays devront cesser tout achat de pétrole à la République islamique, sous peine de sanctions de la part de Washington. (MAXPPP)

Pression maximale sur Téhéran. Donald Trump entend porter à zéro les exportations de brut iranien en mettant fin aux exemptions qui permettaient jusqu’à présent à huit pays l’achat de pétrole à Téhéran. À partir du jeudi 2 mai, la Chine, l’Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l’Italie et la Grèce devront cesser tout achat de pétrole à la République islamique, sous peine de sanctions de la part de Washington.  

Pourquoi ces pays en particulier

Il y a un an, Donald Trump avait décidé de retirer les Etats-Unis de l’accord signé en 2015 avec Téhéran. Un accord censé empêcher la République islamique de se doter de la bombe atomique. Le président américain avait jugé cet accord trop laxiste et avait rétabli de dures sanctions économiques contre l’Iran, menaçant tous les pays qui continueraient à commercer avec le régime des mollahs. Washington avait accordé des dérogations pour six mois, jugeant que le marché mondial de pétrole ne pouvait supporter une trop brusque annulation des ventes de brut iranien. Ce sont ces dérogations qui viennent d'être levées.  

La pression monte  

Cette décision de la Maison Blanche intervient deux semaines après une autre annonce symbolique : l’inscription des Gardiens de la Révolution (l’armée idéologique iranienne) sur la liste noire américaine des organisations terroristes. Cette campagne de pression contre l’Iran qui vise à mettre fin, avec le soutien d’Israël, à ce que Washington, appelle "les activités destabilisatrices" de Téhéran au Moyen-Orient, notamment au Liban (via le mouvement chiite Hezbollah), au Yémen et en Syrie. En arrière-plan, Donald Trump est déjà en campagne pour l'élection présidentielle de 2020. Et puis, autre élément : les Etats-Unis sont désormais le premier producteur d’or noir au monde grâce au pétrole de schiste. Donald Trump veut ménager une place pour l’Amérique sur le marché mondial de brut.

Quelles répercussions sur les prix à la pompe pour les automobilistes en occident ?

Washington estime que son allié l’Arabie saoudite et d’autres pays producteurs, membres de l’Opep, vont rééquilibrer le marché. Mais les cours du brut sont déjà repartis à la hausse : plus 3% mardi 23 avril pour le baril, au plus haut depuis six mois. Il faut donc s'attendre à une nouvelle instabilité des étiquettes à la pompe.

À partir du jeudi 2 mai, huit pays devront cesser tout achat de pétrole à la République islamique, sous peine de sanctions de la part de Washington.
À partir du jeudi 2 mai, huit pays devront cesser tout achat de pétrole à la République islamique, sous peine de sanctions de la part de Washington. (MAXPPP)