Le brief éco, France info

Le brief éco. Mine de rien, ça tangue pour Apple

Les bénéfices du groupe informatique américain Apple commencent à suivre la baisse des ventes d’iPhones. Pour l’instant, les investisseurs semblent confiants. Jusqu’à quand ? 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un magasin Apple à Honk Kong. 
Un magasin Apple à Honk Kong.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Les bénéfices du groupe informatique américain Apple commencent à suivre la baisse des ventes d’iPhones. Le ralentissement de l’économie chinoise et la saturation du marché mondial du smartphone dans les pays riches avaient déjà entraîné fin 2018 une chute sérieuse des ventes d’iPhones. Le premier trimestre de cette année a confirmé la tendance.

C'est gênant pour Apple, dont la santé reste très dépendante du nombre de smartphones vendus. Malgré les 31 milliards de dollars (27 milliards d’euros) dégagés sur les seuls trois premiers mois de l’année par les ventes d’iPhones, la marque à la pomme a vu son bénéfice baisser sur la même période de 16% à près de dix milliards d’euros.

Apple doit réagir, sous peine de voir ses bénéfices continuer de reculer

Il faut noter que, malgré les déconvenues du premier trimestre, l’action Apple a gagné 5% mercredi 1er avril à la bourse de New York. Le patron du groupe a réussi à convaincre de sa stratégie qui est de miser de plus en plus sur les services : le monde est moins gourmand en smartphones, vendons du service. Le virage est déjà amorcé : Apple Pay, Apple Store, Apple Music, iCloud, iTunes… autant de relais de croissance à développer. Au premier trimestre, ces services ont généré près de dix milliards d’euros de chiffre d’affaires, en hausse de 16%.

Moindre rentabilité

Les services sont moins rentables que les ventes d’iPhones. C’est le problème. Pour l’instant, les investisseurs sont plutôt bienveillants à l’égard des projets d’Apple mais ils restent vigilants. La croissance de long terme dans les services est fortement dépendante du nombre d’utilisateurs de l’écosystème Apple. Or, cet écosystème repose avant tout sur les iPhones. Et comme ce marché baisse, le serpent Apple commence à se mordre la queue. Au dernier classement du marché mondial des smartphones, le chinois Huawei vient de ravir la deuxième marche du podium à Apple, qui se retrouve troisième. La première place reste occupée par le sud-coréen Samsung, n’en déplaise à Donald Trump.  

Un magasin Apple à Honk Kong. 
Un magasin Apple à Honk Kong.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)