EasyJet reprend des couleurs, en partie grâce au marché français

écouter (3min)

EasyJet s’attend à un trafic soutenu cet été. La compagnie aérienne britannique à bas prix se veut rassurante dans le contexte international actuel.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un Airbus de la compagnie EasyJet sur le tarmac de l'aéroport Nantes-Atlantique (Loire-Atlantique) (FREDERIC FLEUROT / RADIO FRANCE)

EasyJet déclare avoir déjà dépassé ses prévisions sur les six derniers mois et s’attend à retrouver des niveaux de vols proches de ceux de 2019, c’est à dire avant la crise. La demande est là et cet été devrait confirmer la tendance grâce notamment au secteur France dont la reprise est supérieure à la moyenne de l’ensemble du réseau européen. EasyJet est aujourd’hui le deuxième transporteur aérien de l’hexagone après Air France grâce à sa très bonne implantation dans les aéroports régionaux.

On est sorti de ce que l’on appelle la période de "stop and go" tant redoutée par les entrepreneurs : on arrête et on redémarre. On stoppe l’activité sur demande des autorités en raison de la pandémie, puis on repart soudainement parce que les contraintes sont levées mais on n’y est pas forcément préparé et c’est une période compliquée à gérer. Cette phase s’est éloignée. Le directeur France d’EasyJet, Bertrand Godinot, constate un phénomène de rattrapage : la reprise des voyages non effectués pendant la pandémie concerne tout autant la clientèle traditionnelle loisir que les voyageurs d’affaires.

EasyJet remonte la pente

L’activité a été brisée par la pandémie et ce printemps est encore marqué par l’absence de personnels touchés par le Covid. Quelque deux cents vols ont été annulés le premier week-end d’avril en raison de pénurie de personnel. Mais grâce à une base forte en France (1 600 emplois équivalents temps plein) et un accord conclu avec les syndicats sur l'organisation, la casse est limitée. En mars le groupe a retrouvé 80% de ses capacités par rapport aux niveaux d’avant pandémie. EasyJet reste malgré tout déficitaire de quelque 640 millions d’euros mais la perte est en train de se réduire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.