Le billet sciences, France info

Ecoles ouvertes pendant le confinement : entre incertitudes sanitaires et priorité à l'éducation

Lors de ce nouveau confinement, les écoles vont rester ouvertes, de la crèche jusqu'au lycée. Pour autant, les chercheurs n’ont toujours pas déterminé précisément le rôle des enfants et des écoles dans la propagation du virus.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une salle de classe à Rennes (Ille-et-Vilaine). Photo d\'illustration
Une salle de classe à Rennes (Ille-et-Vilaine). Photo d'illustration (DAMIEN MEYER / AFP)

Il y a deux "écoles" chez les scientifiques. Certains chercheurs continuent de dire que les enfants transmettent beaucoup le virus, d'autres, qu'au contraire, ils le transmettent très peu, et que ce sont surtout les parents qui contaminent leurs enfants. Ce qui est certain, c'est que les enfants développent très rarement des formes graves, la moitié des cas ne présente même aucun symptôme, et donc il est difficile d'identifier des foyers de cas au sein des écoles.

Récemment, des scientifiques ont étudié le retour à l'école des enfants en septembre en Israël, en faisant deux observations majeures. D'abord, parmi ceux qu'on appelle les "super-contaminateurs", il y a quelques enfants. En Israël l'un d'eux a contaminé 24 autres camarades. Deuxième observation, à partir de la rentrée des classes, les courbes de contaminations des enfants ont augmenté, surtout chez les plus âgés, chez les 15-17 ans. Il existe en effet un consensus scientifique aujourd'hui pour dire qu'à partir de 15 ans, les adolescents diffusent le virus autant que les adultes. Cela correspond à l'âge d’entrée au lycée. En France, il faudra avoir dès la rentrée des congés de la Toussaint une vigilance particulière pour ces élèves, surtout dans les moments où ils sont regroupés et ne portent pas le masque comme les cours d'éducation physique et sportive et la cantine.

Des inégalités devant le confinement

En résumé, le gouvernement français laisse les écoles ouvertes aujourd'hui, mais ne sait toujours pas de façon certaine si les enfants sont d'importants contaminateurs. Mais il part du principe qu'il ne faut pas sacrifier l'éducation de nos enfants. Car sur ce point, les études scientifiques arrivent aux mêmes conclusions. En cas de confinement avec l'école à la maison, les inégalités sociales rejaillissent sur l'apprentissage des élèves. Selon une étude britannique menée pendant le premier confinement au Royaume-Uni, parce qu'ils ont davantage de matériel, parce qu'ils sont mieux accompagnés, les enfants issus des familles les plus aisées ont passé 30% de temps en plus à étudier et apprendre que les enfants issus des familles les plus pauvres. Sur un mois, cela représente une différence de sept jours complets d'école.

Une salle de classe à Rennes (Ille-et-Vilaine). Photo d\'illustration
Une salle de classe à Rennes (Ille-et-Vilaine). Photo d'illustration (DAMIEN MEYER / AFP)