Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : les enfants moins contagieux avec moins de formes graves, selon une nouvelle étude effectuée à Crépy-en-Valois

Les chercheurs se sont notamment intéressés à la propagation de la maladie dans la commune avant le début du confinement.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une troisième étude confirme que les jeunes enfants sont de moindres vecteurs du coronavirus (illustration). (MARTIN BUREAU / AFP)

Moins de 10% des écoliers du foyer de Crépy-en-Valois (Oise) ont été contaminés par le coronavirus, d'après une nouvelle étude épidémiologique que franceinfo a pu consulter. Il s'agit de la première étude en France à observer la transmission à l'école avant le confinement. Elle se base sur des tests sérologiques effectués sur 510 enfants scolarisés du CP au CM2 dans cette commune. Crépy-en-Valois a été l'un des premiers foyers épidémiques en France.

Les épidémiologistes ont étudié les trois semaines avant les vacances de février. Ils relèvent trois épisodes, trois vagues lors desquels les enfants sont arrivés à l'école contaminés, sans pour autant propager le virus auprès de leurs camarades ou des adultes. Seuls trois enseignants sur 42 ont été testés positifs.

"Typiquement ce sont plutôt les parents qui vont infecter les enfants"

Il s'agit de la troisième étude épidémiologique sur la contamination dans les établissements scolaires à Crépy-en-Valois, les deux premières portant sur des élèves plus âgés. "De ce qu'on savait des autres études, typiquement ce sont plutôt les parents qui vont infecter les enfants de moins de 10 ans et pas l'inverse, et c'est ce que notre étude semble montrer aussi. Le risque de transmission au sein des écoles élémentaires semble plus faible que ce qu'on a pu constater dans les collèges et lycées. Il faut savoir que même si les enfants sont moins contagieux, ils le sont un petit peu", explique son auteur principal le professeur Arnaud Fontanet. Il appelle donc à rester vigilant en cas de contacts entre des enfants et des personnes à risque.

Cette étude confirme également que les enfants contaminés ne font pas de forme grave. "Dans cette étude, 41% des enfants infectés n'ont présenté aucun symptôme. Et quand ils présentent des symptômes, ils en ont très peu, ce sont des symptômes qui peuvent être confondus avec ceux d'autres virus respiratoires banals", détaille le professeur Fontanet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.