Thibault Lanxade, ancien vice-président du Medef, réclame "du dividende pour le salarié"

écouter (8min)

Le dirigeant défend la création d’un "dividende salarié", qui représenterait un treizième ou un quatorzième mois.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Thibault Lanxade,  PDG du groupe Jouve, le 15 octobre 2021 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Il dit vouloir "réconcilier les Français avec le capital." Thibault Lanxade, ancien vice-président du Medef, aujourd’hui PDG du groupe Jouve, défend dans un livre la création d’un "dividende salarié", pour mieux partager la valeur au sein des entreprises : "Il y a un principe, c’est l’égalité. Il y a une règle, c’est le partage."

Le dirigeant, invité éco de franceinfo vendredi 15 octobre, s’inspire du mécanisme de la participation, voulu par le général de Gaulle et modifié à de nombreuses reprises : "une quote-part du dividende que l’on veut donner au salarié."

Un dispositif obligatoire

Thibault Lanxade propose d’étendre la participation à toutes les entreprises, "à l’exception des entreprises de moins de 11 salariés", et de conditionner le versement d’un dividende aux actionnaires à la mise en place de cette participation : "Quand on verse du dividende, il faut également qu’on verse du dividende pour le salarié ."

"Globalement sur une basse rémunération, on peut donner un treizième, un quatorzième, un quinzième mois, à un collaborateur."

Thibault Lanxade, PDG du groupe Jouve

sur franceinfo

Mais cette participation généralisée ne va-t-elle pas se substituer au salaire ? Non, affirme Thibault Lanxade : "Il ne faut pas que ça vienne cannibaliser les augmentations de salaires. Il faut juste comprendre que c’est un meilleur dispositif de répartition de la richesse créée."

Emmanuel Macron a confié à l’ancien vice-président du Medef une mission sur l’épargne salariale. Thibault Lanxade "espère pouvoir convaincre le président de la République et les ministres associés sur ces mesures de dividendes salariés".

Le dividende salarié est publié aux éditions Télémaque    

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.