Flambée de l’énergie : "On va arrêter des usines", annonce Nicolas de Warren, président de l’Union des entreprises utilisatrices d'énergie

écouter (8min)

Les entreprises qui consomment le plus de gaz et d'électricité subissent de plein fouet l'envolée des prix. Certaines commencent à réduire leur production. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas de Warren, président de l’Uniden, le 13 octobre 2021. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

La flambée des prix de l’énergie pèse sur l’industrie. Certaines entreprises, fortement consommatrices de gaz et d’électricité, ralentissent déjà leur production. Si la tendance se confirme, des sites seront mis à l’arrêt. Invité éco de franceinfio mercredi 13 octobre Nicolas de Warren, président de l’Union des industries utilisatrices d’énergie (Uniden), l’annonce : "On va arrêter des usines, et réduire des productions, pour essayer de calmer l’hémorragie financière."  

Le représentant du secteur explique que "les prix de l’électricité et du gaz ont littéralement explosé" pour ces industriels ."Les prix du gaz ont été multipliés par cinq, ceux de l’électricité ont été multipliés par six par rapport à l’année dernière."  

"Nous avions une bombe à retardement. Cette bombe a explosé."

Nicolas de Warren, président de l'Union des industries utilisatrices d'énergie

à franceinfo

Selon Nicolas de Warren, qui représente notamment la SNCF, Saint-Gobain ou encore ArcelorMittal, certains secteurs sont déjà touchés : "Des arrêts d’ateliers sont d’ores et déjà en vigueur (…) Dans la production de zinc en France, une usine a décidé d’arrêter parce qu’elle produit à marge négative. Chaque tonne produite se traduit par une perte supplémentaire." Le président de l’Uniden estime que les baisses de production vont s'accentuer, y compris pour "de grandes entreprises", "dans les jours à venir", "dans la filière métal".  

Les représentants de ces entreprises ont rendez-vous mardi 19 octobre avec les ministres concernés. Ils demandent "des mesures de court-terme" pour une situation "paroxystique", selon Nicolas de Warren. Et des mesures structurelles sur les tarifs de l’électricité.  

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers L'invité éco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.